Le début de la résistance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Europe Le début de la résistance

Message par Tobrouk le Jeu 19 Jan - 3:19

Dès l'appel du 18 juin, dès la signature de l'armistice, des manifestations spontanées de résistance prouvent que les Français commencent à réagir après le choc et la stupeur de la défaite et de l'occupation.

Le 24 juin, 130 hommes, habitant l'île de Sein décident avant l'arrivée des Allemands, de gagner l'Angleterre. Le plus jeune a 12 ans, le plus agé 60. Ils débarquent à Portsmouth et entreront dans les Forces navales françaises libres, en train de naître.







On se transmet des anecdotes de bouche à oreille: le freinage du travail ouvrier dans les entreprises travaillant pour l'ennemi est recommandé par tracts manuscrits, messages: certains procèdent au dangereux ramassage et stockage des armes abandonnées en juin 1940.

Le 22 juin, les armées de l'Est avaient capitulé. Le 24 les Allemands étaient entrées à Angoulême, à Grenoble. à Menton... Lorsqu'ils pénètrèrent dans Bordeaux, des tracts communistes condamnant la trahison et en appelant au sentiment national contre l'occupant, à l'union des travailleurs pour résister à l'hitlérisme apporté avec les baïonnettes allemandes, furent encartés dans les journaux du jour avec l'approbation de plusieurs tenanciers des kiosques, et distribués à la main dans les faubourgs. Trois jours après l'occupation de Bordeaux par les Allemands, des dizaines de personnes suspectes de communisme étaient raflées dans l'agglomération.



A plus

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le début de la résistance

Message par Bosco le Mar 5 Sep - 15:17

Les prémices de résistance de l’armée. Juillet 1940

Au lendemain de la défaite et de la signature de l’armistice, un certain nombre d’officiers de l’Armée française, réduite à un corps de 100.000 hommes, considère que tout n’est pas perdu. Les forces de l’empire sont intactes et la reconquête de la France avec l’appui des alliés reste possible.

Des juillet 1940 certains services préparent la revanche.

C’est ainsi que le colonel Rivet, chef du 2e Bureau réunit ses collaborateurs et leur dit : « La mission continue sur l’Allemagne et l’Italie ». L’Etat-major, avant que les commissions d’armistice ne se mettent en place, s’efforce d’expédier en Afrique du Nord le plus possible d’armes et de matériel, et effectue des études sur l’hypothèse d’un débarquement allié en France.

Le général Colson envoie une lettre personnelle manuscrite aux commandants des régions militaires les invitant à camoufler du matériel. Plus discrètement le commandant Mollard crée un service clandestin de camouflage de matériel (CDM).

Le colonel Du Vigier met sur pied des unités de réservistes mobilisés sur place, les groupes autodéfense (GAD) chargés de surveiller les mouvements des troupes allemandes en zone occupée.

Enfin le général Verneau envisage pour la première fois la tactique de la guérilla en cas de rupture de l’armistice et l’invasion de la zone sud, avec repli de l’armée de l’armistice dans les zones montagneuses.

Ceci deviendra après l'invasion de la zone libre, en novembre 1942, l'O.R.A. .

Bosco

Nombre de messages : 7
Age : 33
Situation géo. : Angers/France
Loisirs : Histoire, F1, etc....
Date d'inscription : 03/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://f1minardi.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum