Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Europe Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Invité le Lun 8 Mai - 12:45

Voilà mes sources documentaires sont en anglais et je n'arrive pas à recouper certaines informations sur les unités françaises.

Le 19 mai la 1e Gebirgs division allemande (division de montagne) se place en défensive sur le canal afin de protéger l'avance des panzers vers Amiens. Les français eux se tiennent sur la rive sud et possédent des observateurs d'artillerie sur les hauteurs du Chemin des Dames (bien connu lors de la premiére guerre mondiale). Les allemands sont malmenés par l'artillerie française. Quelle unité française fait face à la 1e Gebirgs ?? En anglais on plarle de la "87th Colonial Division" hors je n'ai pas trace d'une division d'infanterie coloniale portant ce numéro !! Peut être une division d'Afrique mais j'ai un doute ??? C'est le 5 juin que les troupes allemandes passérent le canal en force traversant en canots. Toutes informations sur les combats opposant les unités françaises à la 1e Gebirgs pendant cette période et sur ce secteur sera le bienvenu.

Amicalement et merci d'avance.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisn

Message par Somua le Lun 8 Mai - 13:04

hugo a écrit:Voilà mes sources documentaires sont en anglais et je n'arrive pas à recouper certaines informations sur les unités françaises.

Le 19 mai la 1e Gebirgs division allemande (division de montagne) se place en défensive sur le canal afin de protéger l'avance des panzers vers Amiens. Les français eux se tiennent sur la rive sud et possédent des observateurs d'artillerie sur les hauteurs du Chemin des Dames (bien connu lors de la premiére guerre mondiale). Les allemands sont malmenés par l'artillerie française. Quelle unité française fait face à la 1e Gebirgs ?? En anglais on plarle de la "87th Colonial Division" hors je n'ai pas trace d'une division d'infanterie coloniale portant ce numéro !! Peut être une division d'Afrique mais j'ai un doute ??? C'est le 5 juin que les troupes allemandes passérent le canal en force traversant en canots. Toutes informations sur les combats opposant les unités françaises à la 1e Gebirgs pendant cette période et sur ce secteur sera le bienvenu.

Amicalement et merci d'avance.

Effectivement , cela ne peut pas etre une division coloniale .
A mon avis, il s'agit de la 87e DIA , qui a été rappatriée d'afrique du nord en 39 . Je viens d'ailleurs de remarquer que j'avais "oublié" cette division dans mes listings .
J'ai un livre ( il me semble ) sur les Gebirgs , je vais regarder si je trouve trace des combats .

Somua

Somua
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisn

Message par Somua le Lun 8 Mai - 13:20

Voici qui devrait te combler :

87e Division d'Infanterie d'Afrique

Combats sur l'Ailette

Tandis que la population toute entière s'enfuit sur les routes de France, d'importants combats se préparent dans l'Aisne.

Dans un premier temps, à la mi-mai, les panzers allemands (Guderian) progressent au nord du Département, non pas en direction de Paris comme en 1914, mais vers l'ouest et la Manche afin d'enfermer les armées alliées au nord. Malgré la contre-attaque de la 4e Division Cuirassée du Colonel de Gaulle le 17 mai vers Montcornet, l'ennemi atteint Marle et St-Quentin le 18. Dimanche 19 mai, Weygand succède à Gamelin à la tête des armées françaises afin d'organiser la contre offensive, les allemands sont à Péronne, Amiens, Abbeville. Les blindés de Guderian atteignent la mer le lendemain et poursuivent les jours suivants en direction de Boulogne, Calais, Dunkerque ; les armées françaises sont définitivement coupées en deux.

Derrière les blindés, le XVIII.ArmeeKorps (12.Armee, Heeresgruppe A), et ses chasseurs de montagne de la 1.Gebirgsjäger-Division (Gebirgsjäger-Regiment 98 et Gebirgsjäger-Regiment 99) arrive sur l'Ailette par Hirson, Marle, Crécy-sur-Serre. En face, barrant la route de Paris, quelques unités en retraite tentent tout d'abord de se regrouper derrière les canaux, puis de nouvelles unités forment un front. Au centre de ce front, entre la Somme et l'Aisne, devant Quierzy, la 7e Armée du Gal Frère revient des Pays-Bas ;
La 29e puis la 23e Division d'Infanterie (en réserve du GQG), alertée le 17 mai, arrive de la région de Chaumont (Haute Marne) et s'installe le 18 derrière le Canal de St-Quentin entre Saint Simon et Tergnier et derrière le canal de l'Ailette entre l'Oise et le Bac d'Arblincourt.
La 87e Division d'Infanterie d'Afrique (en réserve du Groupe d'Armées 2), arrivée de Dieuze (Moselle) dans la région de Pierrefonds le 17, fait mouvement le 18 vers l'Ailette, et s'établie du pont sud du Bac d'Arblincourt au pont de Courson (PC à Pierrefonds).
A sa droite, la 28e DI prend position avant que la 7e DI vienne s'insérer.

Il n'y a plus à ce moment d'unité en ordre devant elles, seule la 3e DLC résiste devant LAON. Leur mission sur l'Ailette : "Tenir sans esprit de recul". Le secteur devant Quierzy passe à la 6e Armée du Gal Touchon.

La 23e DI est originaire du sud de la Loire et composée des 32e RI (Tours, Chatellereault), 107e RI (Angoulême, Limoges), 126e RI (Brive), 41e RA ... Elle débarque à Chauny à partir du 18 mai. Le 126e prend position entre Jussy et l’écluse de Mennessis, le 32e entre Mennessis et Viry-Noureuil en liaison à droite avec le CID 15 (Centre d'Instruction Divisionnaire de la 15e DIM) (27e RI 15e DIM...), plus tard la 29e DI CID 15 et des éléments du dépot 92 bis qui tiennent sommairement les autres têtes de ponts puis 107e RI ?

La 87e DIA est originaire d'Algérie, et composée des 17e et 18e Régiment de Tirailleurs Algériens essentiellement constitués de réservistes et du 9e Zouaves, régiment d'active d'Alger. Elle rejoint l'Ailette le 18 mai ; durant le trajet depuis Attichy, les colonnes des Zouaves sont continuellement survolées et plusieurs fois bombardées par l'aviation ennemie sur les routes encombrées de soldats de la 9e Armée en déroute et de réfugiés. Les autres régiments de la Division et l'artillerie (87e et 287e RA) sont retardés par les bombardements aériens et subissent des pertes en route.

Le "9 Z", dont l'effectif est incomplet (des permissionnaires n'ont pas pu rejoindre l'unité), prend possession des ponts entre Champs et Courson (ce dernier est tenue à partir du 19 mai par le 7e BCA de la 28e Division qui s'installe à droite de la 87e). Le Régiment y construit dès le 19 des barricades anti-char et établit de solides points d'appui, réutilisant parfois des abris de 14-18. La défense des villages et les forêts, obstacles naturels à la progression des chars, est pareillement minutieusement organisée jusqu'à Vézaponin et Epagny.

Les Tirailleurs prennent pareillement position dans la nuit du 18 au 19 ; le 18e à gauche des Zouaves relève le Groupe de Reconnaissance de la Division (GRD 87) et le 17e (moins un bataillon placé en réserve de Division) à droite des Zouaves. L'artillerie s'installe à l'arrière ; les 75 du 87e RA en "appui direct" des 3 régiments d'infanterie, les 155 C du 287e RAL en soutien, plus un groupe de 155 GPF aux lisières de la Forêt de Laigle. Compte tenu de la portée de ces pièces, le dépôt de 155 du Bois des Gravières à Quierzy (3 à 4 km du canal), dont nous reparlerons plus tard, peut correspondre au secteur de la 23e DI (couverture des 10 km de flanc que forme l'Oise jusqu'au canal de St-Quentin, d'autant que dans un premier temps, le front de la 87e s'arrête au Bac d'Arblincourt).

"Qu'ils viennent ... ils seront reçus !". En 14 et en 18, l'armée française s'est rétablie sur la Marne, cette fois ce sera sur l'Ailette. Le ravitaillement, amélioré du vin trouvé sur place, est abondant. Malgré les plaintes des bêtes mourant de faim et de soif se mêlent aux échos des combats qui se rapprochent, le moral est bon.

Le PC de la Division s'installe à Morsain le 20 puis à Vassens le lendemain tandis que le secteur de division s'étend vers l'Oise.

Face à la 87e, les chasseurs de montagne de la 1.Geb.Div. (désormais rattachée au XXXXIV ArmeeKorps, 6.Armee, Heeresgruppe B) arrivent également sur l'Ailette le 19 et sont en défense le long de la rivière avec en avant des positions entre Marizelle et Landricourt (Coucy-le-Ch.).

Premier contact avec l'ennemi le 21 à l'aube, le Groupe de Reconnaissance de la Division (GRD 87) qui passe le canal pour aller faire sauter un dépôt d'essence vers Barisis dans la Forêt de Coucy se heurte à une forte colonne motorisée vers Coucy-le-Château. Tout au long de la journée, l'ennemi tente de franchir les ponts, il est systématiquement repoussé, chars y compris. Malgré les bombardements d'artillerie et le manque de matériel de destruction, nos pionniers commencent à faire sauter les ponts.

Le 22 et les jours suivants, les allemands surpris par cette résistance inattendue limitent leurs tentatives d'infiltration. L'artillerie est en place, ainsi que les communications téléphones et radio. La destruction des ponts se poursuit. Les accrochages et duels d'artillerie sont quotidiens.

Le front s'organise. A la fin mai, la 87e Division repasse à la 7e Armée. Son secteur est étendu à gauche jusqu'à l'Oise exclue (au delà, la 23e DI reprend le secteur de la 29e) et ramené à droite au pont de la Vallée inclus (au delà, c'est la 7e DI rattachée à la 6e Armée). Le secteur de la 87e DIA est divisé en 3 sous-secteurs ;
- Ouest ; 18e RTA (principaux points d'appui ; Bois de Manicamp, Bois de Fêve, Manicamp, St-Paul-aux-Bois, Besmé, Blérancourt),
- Centre ; 9 Z (Bois de la Tinette, Guny, Trosly-Loire, Selens),
- Est ; une partie du 17e RTA (Pont-St-Mard, Point du Jour, Ferme de Bonnemaison, Epagny).

Les 12 ponts ou passerelles du secteur ont été détruits. On se bat à la grenade d'une rive à l'autre. La menace monte, les préparatifs allemands s'accélèrent ; dans la nuit du 3 au 4 le 105.Inf.Rgt. 72.Inf.Div. relève les chasseurs de montagne. Le 4, l'agitation est importante du côté allemand.

Après le rembarquement le 4 juin à Dunkerque du Corps Expéditionnaire Britannique et des armées françaises encerclées au nord, les unités françaises, jetées dans la bataille au gré des événements, défendent désormais seules et sans moyens modernes la liberté du monde. Elles ont pour consigne de résister sur place jusqu'à l'arrivée des armées rescapées du Nord qui débarquent à Cherbourg ...

Franchissement du canal par la 1.Geb.Div.Mercredi 5 juin, 2e acte de la bataille, les allemands (6.Armee, Heeresgruppe B) attaquent en force. Après une intense préparation d'artillerie sur tout le front à l'aube, qui s'étend en profondeur entre Quierzy et Juvigny, ils franchissent le canal à la faveur d'un épais brouillard sur des barques pneumatiques ou à la nage. Les vagues successives sont accueillies à coups de fusils et de grenades, qui coulent les embarcations et font de nombreux morts qui flottent sur canal. Les combats se poursuivent au corps à corps sur les berges.

Claude PAILLAT - Le désastre de 40, tome 5 La plupart des points d'appui, mêmes encerclés, tiennent mais l'ennemi les contourne et progresse entre Pont-St-Mard et Crécy-au-Mont et par le pont de Bichancourt insuffisamment détruit. Devant Guny, le 105.IR allemands décimé par nos armes automatiques doit engager ses réserves.

A la mi-journée, les allemands débordent Manicamp malgré la résistance sur place des unités ; la IIe Compagnie du 18e RTA qui assure la liaison au pont de l'Oise avec la 23e DI ne se repliera que le 7 avec cette dernière. Mais les infiltrations ennemies sont nombreuses, St-Paul-aux-Bois est investi, Trosly-Loire est menacé. Sans doute l'ennemi cherche-t-il, selon une méthode qui lui chère durant cette campagne, à attaquer par l'arrière, en capturant les états-majors pour désorienter les unités privés de chefs ... Des renforts sont nécessaires. Une section de chars du 56e BCC - 3 FT17 de la Grande Guerre - arrive en début d'après-midi ! Une contre-attaque des Tirailleurs du 17e permet de dégager le PC du 9 Z à Selens.

Au soir, les allemands s'emparent de Besmé ferme par ferme mais les points d'appui sur le canal et dans Trosly-Loire tiennent, les pertes infligées à l'ennemi sont importantes et plus de cent prisonniers ont été faits (principalement des hommes du 124.Gr.Inf.Rgt. de la 72.Inf.Div. (XXXXIV AK, 6. Armee, Heeresgruppe B ).

Le 6 juin, les allemands poursuivent leur action. A l'ouest, ils poussent en direction de Blérancourt. Le 18e RTA contre-attaque de la Rue de Noyon en direction de la Ferme Favette pour dégager la dernière batterie de 75 intacte du 87e RA qui appuie le régiment. Renforcé par la compagnie de réserve du 17e RTA et appuyé par une section de 2 FT (le 3e est en panne) les Tirailleurs repoussent l'ennemi et capturent 16 allemands dont un officier. Au soir, les allemands attaquent très violemment Camelin et le Fresne.

Au centre, l'attaque allemande en direction de Trosly-Loire est pareillement stoppée ; 152 prisonniers dont 2 officiers et un important matériel sont pris. A l'est, une grande partie de l'armement est perdu du fait des violents pilonnages d'artillerie, la liaison est perdue avec le 93e RI, les Tirailleurs se replient vers Epagny et le GRD multiplie les reconnaissances pour rechercher la liaison avec le 93e RI.

Vers 21 h tombe l'ordre de décrocher. On croit tout d'abord à une mystification de la 5e colonne. Mais les importantes incursions ennemies alentours rendent une contre attaque impossible ; le 485.I-R (263.Infanterie-Division, V ArmeeKorps) a passé le Canal de l'Oise à l'Aisne à Bichancourt et longe par surprise le Canal Latéral à l'Oise jusqu'à Noyon, entre la 23e DI tenant la rive droite de l'Oise et Noyon et la 87e DIA tandis que les 463 et 483. Infanterie-Regiment (263.I-D également) franchissent le Canal de St-Quentin devant Vouël.

L'ordre est transmis par les agents de liaison qui parviennent à se glisser jusqu'aux points d'appui encerclés. Malgré la fatigue de deux jours et deux nuits de combats et la faim (il n'y a plus de ravitaillement depuis le 4 juin), le repli s'effectue en ordre à la faveur de la nuit en direction des ponts sur l'Aisne de Rethondes, Berneuil, Attichy et Vic tenus par la 11e DI. Le 7 vers 13 heures la rivière a été franchie par tous les éléments qu'il a été possible de décrocher, les ponts sautent. Les allemands attaquent déjà. La déception est grande de ne trouver là ni défense organisée ni renforts regroupés pendant les 20 jours de combats sur l'Ailette.

Le prix payé par les allemands sur l'Ailette est élevé ; de leur propre aveu pour ces deux jours ; 1.800 morts et 4.500 blessés (outre plus de 200 prisonniers). La seule 1.Geb.Division du XXXXIV ArmeeKorps, qui a traversé le canal plus à l'est ce jour-là perd 500 hommes. Les Zouaves perdent de leur côté 16 officiers et 620 hommes (tués, blessés ou disparus). les pertes des Tirailleurs, égalements lourdes, attestent qu'ici comme ailleurs l'armée française s'est battu courageusement.

Sur l'autre rive de l'Oise, le V ArmeeKorps allemand qui attaque depuis La Fère est tenu un temps en échec devant Noyon par de puissantes contre-attaques françaises mais à l'aube du 7 juin, les 62. et 94.I-D venant du Nord et la 263.I-D du sud-est resserrent l'étau sur Noyon où les combats de rues opposent les fantassins allemands aux fantassins français jusqu'en début d'après-midi. La plupart des unités françaises parviennent à s'échapper. Au soir, la 263.I-D occupe Noyon. La chaleur est étouffante. Les morts sont enterrés à la hâte.

Les combats se poursuivent au sud de l'Aisne. La 87e DIA se bat au nord de la Forêt de Retz ; Ferme de Pouy les 8 et 9 juin, Taillefontaine le 10 ...

Lundi 10 juin, la bataille défensive sur la Somme et l'Aisne est perdue. Le repli général se fait sur Soissons et Oulchy. Les Allemands atteignent Château-Thierry. Le front sur la Marne est défendu héroïquement. Le 11 juin, la rivière est franchie à Brasles et à Chartèves. Les allemands progressent dans toutes les directions.

Le Gouvernement quitte Paris. Le 12, les allemands sont à Évreux, le 14 à Paris et au Mans, le 15 à Tours et sur la Loire. Lundi 17, le Maréchal Pétain annonce à la radio "qu'il faut cesser le combat". Le 18, le Général de Gaulle lance son appel : "rien n'est perdu pour la France". Du 19 au 21, 2 000 Cadets de Saumur (élèves officiers, instructeurs, bataillon de marche des élèves officiers et d'infanterie de St-Maixent) résistent derrière la Loire sur un front de plus de 30 km de Gennes à Montsoreau. Mais un armistice est signé le 22 juin à Rethondes. Il est rapidement violé.

Appel à la Résistance du Général de Gaulle du 22 juin 1940 à la BBC (6' 30'' - 1063 Ko)

A la tête de la 87e DIA, le Gal Martin saura diriger une retraite en bon ordre jusqu'en Charente et en Hte-Vienne (à St-Junien notamment ...), sans jamais rompre le combat, malgré la masse de civils qui fuit, l'armée qui se défait sous les coups des stukas, maîtres du ciel désespérément bleu de juin 1940. La division, qui défile dans Châteauroux le 14 juillet, reçoit les félicitations de Weygand avant de rembarquer à Marseille pour l'Algérie début août ; ses hommes prendront part dès 1942 à la libération de l'Empire puis de la Métropole.

Les allemands n'oublieront pas non plus la défense héroïque du 9e Zouaves sur l'Ailette ; l'armistice signé, ils tiendront à rencontrer son chef sur la ligne de démarcation pour le féliciter !

Trouvé sur :
[url]http://membres.multimania.fr/dvo/quierzy/q4.htm
[/url]

Somua
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisn

Message par Somua le Lun 8 Mai - 14:23

( message en double )


Dernière édition par le Lun 8 Mai - 22:10, édité 1 fois

Somua
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Invité le Lun 8 Mai - 14:50

C'est parfait et merci beaucoup. J'ai trouvé également que le 14 juin un bataillon autonome de tirailleurs sénégalais (BATS) "intégre" et combat au sein de la 87e DIA certainement pour combler une partie des pertes de la division. Lors de l'attaque allemande les pertes furent particuliérement élevées sur leur flanc droit au Pond St Mard (100e Régiment Gebirgsjager)
pour le 5 juin ils enregistrent 139 tués et 430 blessés.

Et merci encore.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Somua le Lun 8 Mai - 22:14

hugo a écrit:C'est parfait et merci beaucoup. J'ai trouvé également que le 14 juin un bataillon autonome de tirailleurs sénégalais (BATS) "intégre" et combat au sein de la 87e DIA certainement pour combler une partie des pertes de la division. Lors de l'attaque allemande les pertes furent particuliérement élevées sur leur flanc droit au Pond St Mard (100e Régiment Gebirgsjager)
pour le 5 juin ils enregistrent 139 tués et 430 blessés.

Et merci encore.

A titre de complement , voici l'organisation de la division , que mon "collegue" m'a transmis , car on avait un doute sur le 56e BCC impliqué dans le texte ci-dessus ; il s'agit en fait du 36e BCC :

ORGANIGRAMME DE LA 87e DIA :

*Du 19 mai au 12 juin 1940, Front de l'Aisne et de l'Ailette.





- Général de Brigade Barbeyrac de SAINT MAURICE;

remplacé le 25 mai par le Colonel Henri MARTIN.



- Chef d'Etat-Major : Commandant ROCHE.



I) INFANTERIE :



- Commandant de l'infanterie divisionnaire : Lieutenant-Colonel ROUX;



- 17e régiment de Tirailleurs Algériens (RTA) : Lieutenant-Colonel ANTELME;

- 18e régiment de Tirailleurs Algériens : Lieutenant-Colonel CLERC;

- 9e régiment de Zouaves : Lieutenant-Colonel TASSE;

- 13e compagnie de pionniers du 17e RTA;

- 14e compagnie divisionnaire antichars du 9e Zouaves (à partir du 8 juin).



II) CAVALERIE :



- 87e groupe de reconnaissance divisionnaire (GRDI) : Chef d'escadron POUSSET.



III) ARTILLERIE :



- Commandant de l'artillerie divisionnaire : Colonel HOREAU.



- 87e régiment d'artillerie à trois groupes de 75 hippomobiles : Lieutenant-Colonel MATHIEU;

- 287e régiment d'artillerie lourde (ex 267e) à deux groupes de 155c hippo. :Chef d'escadron Le PELLETIER de WOILLEMONT.

- 10e batterie antichars du 87e RA (47 hippo.).

- 87e parc d'artillerie;

- 87e section de munitions hippomobile;

- 287e section de munitions automobile.



IV) GENIE :



- 87e bataillon de sapeurs-mineurs. (87/1 et 87/2 compagnies de sapeurs-mineurs).



V) TRANSMISSIONS :



- 87/81 compagnie télégraphique;

- 87/82 compagnie radio.



VI) TRAIN :



- 87/16 companie hippomobile;

- 187/16 compagnie automobile.



VII) INTENDANCE :



- 87/16 groupe d'expoloitation divisionnaire. (16e section de commis ouvriers d'administration (COA) de Montpellier)



VIII) SERVICE DE SANTE :



- 87e groupe sanitaire divisionnaire. (16e section d'infirmiers militaires (SIM) de Lunel).





IX) ANNEXES :



1) Unités rattachées à la 87e DIA :



- 16e groupe de reconnaissance de division, à partir du 6 juin;

- III/442e régiment de pionniers;

- 7e et 8e compagnies du II/624e pionnier;

- 2e compagnie du 36e bataillon de chars de combat (FT);

- 2e compagnie anti-chars Polonaise (25 AC);

- VIII/320e régiment d'artillerie (75)



2) Unités détachées :



- Partie de la 11e compagnie du III/18e RTA à partir du 5 juin;

- I/87e RA à partir du 8 juin.

Somua
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Guilhem le Lun 8 Mai - 22:21

Tu as les noms des chef de corps de la plus part des régiments ?
Je me suis fait (sur papier) l'ordre de bataille des armée de terre et de mer, mais me manque beaucoup de chef de regiments.

Guilhem
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Somua le Lun 8 Mai - 23:21

Guilhem a écrit:Tu as les noms des chef de corps de la plus part des régiments ?
Je me suis fait (sur papier) l'ordre de bataille des armée de terre et de mer, mais me manque beaucoup de chef de regiments.

Tous les noms de commandants d'unités seront positionnés au fur et a mesure sur ATF40 , sur les pages correspondantes ( armée/corps/divisions/brigades/regiments et demi-brigades/bataillons ) .
Il en manquera peut etre quelques uns , mais pour le moment , je suis bien incapable de le dire .

Somua

Somua
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Oise-Aisne

Message par Tobrouk le Dim 4 Juin - 1:46

Réponse au post d'Hugo, transmis par Roco, qui peux lire les posts, mais n'arrive pas à répondre, alors il passe par moi!

Pour hugo!

Vous savez combien cette date est importante pour moi,je viens de lire ce qu'a écrit HUGO sur la question des combats canal Oise-aisne. sur sa réponse combat de l'ailette il doit avoir des renseignements concernant les combats du 5juin précédent les combats sur l'ailette en particulier ceux qui se sont passés au Chemin des Dames?Connait-il qq chose sur les combats du 97e Régiment d'Infanterie Alpine? Comment se fait-il que la section de pionniers (4e section de la Cie de commandement)et les sections de cette Cie ''non combattante''aient eu tant de pertes? l'attaque était-elle plus violente qu'ailleurs ou les hommes etaient des specialistes pour faire autres choses que le combat? de se faites avaient-il pour se défendre les moyens nécessaires? cette Cie était depuis le 18 mai en position dans cette région proche de la route Laon-soissons,sur la commune de Aizy-Jouy en plein sur le Chemin de Dames (région de la Malmaison) Le Capitaine DAIN était le Cdt de la Cie et le Lt Guillain le chef de la section des pionniers,si cela peut l'aider à retrouver des éléments interessants pour moi .Position de la 28e D.I dans cette bataille?Merci


Voila si hugo ou quelqu'un d'autre pouvais répondre à Roco!


Amicalement Very Happy

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 66
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe BATAILLE PRECEDENT CELLE DU CANAL DE L'AILETTE LE5/06/40

Message par ROCO le Lun 5 Juin - 14:39

Very Happy ENFIN J'AI LE CANON ET LA BOITE AU LETTRE GRACE A TOBROUK QUE JE REMERCIE POUR SA PATIENCE; GRACE A LUI VOUS SAVEZ QUE JE RECHERCHE DES RENSEIGNEMENTS SUR LA BATAILLE DU 5 JUIN 1940( 66 ANS AUJOURD'HUI) C'ETAIT UN MERCREDI ET IL FAISAIT TRES BEAU.....PAS POUR TOUT LE MONDE HELAS!!!!!
je CHERCHE SURTOUT SUR L'ENGAGEMENT DU 97e R.I.A EN PARTICULIER SUR LA 4e SECTION DE PIONNIERS?JE VOUDRAIS SAVOIR QUELLES ETAIENT LES FORCES EN PRESENCE POUR QU'ON AIT ENGAGE TOUT LE MONDE ;LA SITUATION DEVAIT ËTRE CATASTROPHIQUE.
j'AI DES DOCUMENTS D'ACTEURS PRESENTS CE JOUR QUI DISENT DANS QUEL ''ETAT'' ILS ETAIENT CE JOUR LA;
J'AI EGALEMENT UN COMPTE RENDU DE L'HISTOIRE DU 97 e R.I.A DANS LA PERIODE DE LA DROLE DE GUERRE AVANT SA MONTEE EN LIGNE , DANS UN COURRIER QUE M'A FAIT LE COLONEL DE RESRVE BRUNET EN 1970 ( LE COLONEL ETAIT A L'EPOQUE PRESIDENT DES ANCIENS DU 97e RIA)AINSI QUE TOUTES LES LETTRES QUE MON PERE ENVOYAIT A MA MERE (UNE PAR JOUR) JE POURRAIS FAIRE UN CONDENSE SI CELA PEUT INTERRESSER QUELQU'UN? ROCO

ROCO
Admin
Admin

Nombre de messages : 1304
Age : 77
Situation géo. : Loire(42)
Loisirs : chasse ,peche,sport ,télé,voyage,lecture
Date d'inscription : 02/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Denis V le Mer 14 Juin - 16:06

Bonjour à tous,

Merci SOMUA pour cette longue citation de mon site Wink http://membres.multimania.fr/dvo/quierzy/q4.htm

Je suis très heureux que le sujet soit étudié. Attention, je fais des mises à jour du site au fur et à mesure de mes découvertes.

Vous relèverez qu'il manque des éléments sur le 107e RI de la 23e DI qui tient dans les premiers jours la jonction canal-Oise.

Je suis donc intéressé par toute info sur ce régiment ainsi que sur les position d'artilleire en arrière de ce front.

Cordialement

Denis

Denis V

Nombre de messages : 5
Situation géo. : Aisne
Date d'inscription : 14/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.multimania.com/dvo/quierzy/

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Guilhem le Mer 14 Juin - 19:08

Bienvenu à toi, Denis !!!! Very Happy

Guilhem
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Somua le Mer 14 Juin - 19:09

Denis V a écrit:Bonjour à tous,

Merci SOMUA pour cette longue citation de mon site Wink http://membres.multimania.fr/dvo/quierzy/q4.htm

Je suis très heureux que le sujet soit étudié. Attention, je fais des mises à jour du site au fur et à mesure de mes découvertes.

Vous relèverez qu'il manque des éléments sur le 107e RI de la 23e DI qui tient dans les premiers jours la jonction canal-Oise.

Je suis donc intéressé par toute info sur ce régiment ainsi que sur les position d'artilleire en arrière de ce front.

Cordialement

Denis

Je suis toujours a l'affut de textes sur les combats de 1940 , je ne manquerais donc pas d'aller sur votre site de temps en temps.
Avez vous noté la correction concernant le 56e BCC du texte ( c'est en fait le 36e BCC , j'imagine que c'est une coquille ) que j'ai precisé plus haut ?


Depuis , en essayant de ne pas denaturer et en precisant bien ou cela avait été trouvé , j'ai placé une partie de vos textes sur ATF40 :
http://alain.adam.perso.cegetel.net/historiques/87eDIA.html

ainsi que la composition de la division qui se se trouve :
http://alain.adam.perso.cegetel.net/france.html#87eDIA

Cordialement


Edit :
En introduction de votre texte sutr la 87e DIA vous indiquez :
"La 87e DIA est une division de formation (par opposition aux divisions d'actives du temps de paix, les DINA), composée à 80 % de réservistes (troisième catégorie)."
Ce n'est pas totalement vrai puisque les DINA etaient les divisions nord africaines en metropole et les DIA , celles qui devaient rester en afrique .
La 87e DIA est en fait une des rares divisions de reserve de serie A , tout comme la 6e et la 7e DINA .
Et contrairement au deploiement prevu a l'origine , la 82e DIA ainsi que la 87e ont rejoint la metropole , toutes les autres restant en afrique ou au levant .
Bien entendu , toutes les DINA , etaient quant a elle sur le territoire français .
En allant plus loin , il est interessant de savoir que chacun des regiments de tirailleurs avait son regiment "frere" en metropole .
Vous trouverez plus de details sur les RTA , RTT et RTM ici :
http://alain.adam.perso.cegetel.net/Regiments%20fran%E7ais.html#RTA
et en cherchant un peu sur la meme page , le meme genre d'informations concernant les zouaves .

Cdt

Somua
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Europe Combat sur l'ailette - Sépultures -rapatriement des corps

Message par ROCO le Mar 20 Juin - 0:56

Beaucoup de familles bien qu'elles en avaient la possibilité par l'intermédiaire des autorités militaires n'ont pas fait ce choix car il se disait à l'époque compte tenu du grands nombres de morts lors de la bataille du 5 juin,et de la retraite de l'armée française que les sépultures provisoires, comme celles faites dans la commune de AZAY-JOUY se faisaient dans des fosses commune de 21 soldats,par rangs de 7 séparé d'un lit de chaux.Plusieurs années apres il ne restait pour différencier les corps que la médaille matricule. Les familles n'étaient absolument pas certaines de récupérer les ossements de leur disparu et préférérent laisser leurs soldats dans une sépulture nationnale comme celle de Soupir N° 2. Avez vous confirmation de ces faits qui étaient donnés à l'époque par les services chargés de renseigner les familles. c'est ce que m'ont toujours dit les membres de ma famille Question

ROCO
Admin
Admin

Nombre de messages : 1304
Age : 77
Situation géo. : Loire(42)
Loisirs : chasse ,peche,sport ,télé,voyage,lecture
Date d'inscription : 02/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe combats de l'aisne

Message par ROCO le Ven 21 Juil - 17:17

Traversé de l'aisne par des fantassins allemands sur un pont de canots pneumatiques.

ROCO
Admin
Admin

Nombre de messages : 1304
Age : 77
Situation géo. : Loire(42)
Loisirs : chasse ,peche,sport ,télé,voyage,lecture
Date d'inscription : 02/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Denis V le Jeu 12 Oct - 23:36

D'autres photos du secteur et de la 1.Gebirgs-Division France 1940 :

http://chrito.users1.50megs.com/photos/france/1geb/1gebfrkr.htm

Denis V

Nombre de messages : 5
Situation géo. : Aisne
Date d'inscription : 14/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.multimania.com/dvo/quierzy/

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par ROCO le Ven 13 Oct - 11:48

^Bravo Denis V pour tes photos d'où proviennent -elles?

ROCO
Admin
Admin

Nombre de messages : 1304
Age : 77
Situation géo. : Loire(42)
Loisirs : chasse ,peche,sport ,télé,voyage,lecture
Date d'inscription : 02/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne

Message par Denis V le Ven 13 Oct - 21:28

Je les ai trouvé sur le site World War II day by day : une chronologie jour par jour des mouvements de la Wehrmacht en anglais : http://chrito.users1.50megs.com/

Denis V

Nombre de messages : 5
Situation géo. : Aisne
Date d'inscription : 14/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.multimania.com/dvo/quierzy/

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Recheche informations sur les combats du canal Oise-Aisne.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:59


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum