La naissance des zones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Français La naissance des zones

Message par Tobrouk le Sam 17 Mai - 0:56

La naissance des zones et les contraintes sur la vie quotidienne



La France est dépecée en partie à
Rethondes (22 juin 1940). Elle se voit imposer une « frontière »
intérieure traversant treize départements français. La Demarkationslinie –
la ligne de démarcation – divise en deux zones principales le pays : la
« zone non occupée » où s’installe le régime de Vichy du
maréchal Pétain et la « zone occupée » qui dépend du commandant
militaire allemand en France ou Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF).
En violation de l’armistice, les occupants imposent d’autres lignes :
une « zone interdite » (au nord de la Somme et de l’Aisne) à
l’intérieur de laquelle une zone est rattachée au commandement
militaire allemand de Bruxelles avec le Nord et le Pas-de-Calais ; une
« zone annexée » (l’Alsace, le Bas-Rhin et le Haut-Rhin), directement
rattachée au Reich ; enfin, une « zone réservée » qui s’étend à l’ouest
d’une ligne Dole-Chaumont-Saint-Dizier-Mézières, prévue pour une future
« colonisation » allemande. Elle est grosso modo une
reconstitution de la frontière occidentale du Saint Empire romain
germanique. Les Italiens récupèrent quelques kilomètres carrés dans les
Alpes, parmi lesquels la région de Menton.

Au soir du 22 juin, les troupes
allemandes ont atteint le sud et le sud-est de la Loire, mais elles
n’occupent pas encore l’ensemble des côtes atlantiques. Pourtant, le
tracé de la ligne de démarcation, communiqué aux plénipotentiaires
français, n’épouse pas celui de la ligne de front atteinte par la
Wehrmacht. Non seulement le tracé de la ligne révèle l’existence de
deux grandes zones (zone occupée et zone non occupée), mais la carte
jointe au texte de l’armistice montre d’autres zones à l’intérieur de
la zone occupée. Que s’est-il passé entre la demande de cessation des
hostilités du maréchal Pétain, le 17 juin, et le 22 juin 1940 ?

Hitler fixe au général Jodl la mission
de découper la France d’abord en fonction d’impératifs militaires. Il y
a une certaine urgence à trouver les meilleures positions territoriales
à occuper avant de se retourner contre les Anglais. Un certain nombre
de militaires allemands qui ont tracé la ligne de démarcation ont eu
accès à la littérature pangermaniste des années d’avant guerre. Pour
beaucoup, démanteler la France était devenu un rêve. Avant la guerre,
les Allemands ont parfaitement cartographié le pays dans ses moindres
recoins avec ses gendarmeries, ses boulangeries industrielles, ses
usines sidérurgiques, etc. À partir de cette connaissance, Jodl et ses
spécialistes des frontières esquissent une ligne de démarcation qui
tient compte des impératifs militaires, mais aussi d’exigences
économiques.

Les trois quarts de la France sont donc
sous contrôle allemand avec la totalité du littoral atlantique, ce qui
réserve un couloir d’accès très large vers l’Espagne franquiste – dans
la perspective d’un ralliement des Espagnols à la guerre menée par
Hitler –, et permet de se défendre contre un éventuel débarquement venu
de l’ouest. Par ailleurs, la ligne est composée de deux tronçons assez
différents qui courent sur près de 1 200 kilomètres : elle s’étire de
la frontière franco-suisse, dans le pays de Gex, jusqu’à la Touraine où
la ligne forme un coude à 90 degrés pour se diriger vers la frontière
franco-espagnole au niveau de Saint-Jean-Pied-de-Port. D’est en ouest,
la ligne de démarcation s’appuie essentiellement sur les cours d’eau et
sur les plateaux, notamment dans le Jura, mais les Allemands ont bien
pris soin de faire passer la délimitation militaire au sud des usines
du Creusot et de Montchanin, de Bourges et de Vierzon. Du nord au sud,
la ligne suit les axes routiers et ferroviaires et n’offre pas
d’originalités topographiques et géographiques particulières. Les
troupes allemandes font donc mouvement vers l’Atlantique et vers le
nord en laissant en zone dite « libre » des départements envahis
pendant l’offensive de mai-juin, comme l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, la
Loire, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie. Le Jura
est partagé en trois zones, car une ligne de démarcation qui délimite
la zone réservée s’ajoute à la principale.

Les militaires allemands gardent la
ligne jusqu’en février 1941, date à laquelle des douaniers les
remplacent, c’est-à-dire des professionnels des frontières. Il reste un
quart du pays non occupé, dans lequel le régime de Vichy va tenter de
sauver quelques parcelles de souveraineté. En fait, les occupants
pratiquent un chantage en faisant de la ligne un véritable garrot,
serré ou desserré, en fonction des concessions de Pétain face aux
exigences allemandes. La menace d’une occupation totale de la France
est suspendue au-dessus des gouvernants comme l’épée de Damoclès. Un
officier allemand présent à Rethondes évoque « un mors dans la bouche
d’un cheval ». À cause du tracé, la zone non occupée est dépouillée des
principales ressources agricoles et industrielles. La fermeture de la
ligne de démarcation peut avoir des conséquences terribles sur ce qui
reste d’économie. Le régime de Vichy installe peu à peu des postes
français en face des postes allemands, avec guérites et barrières, mais
leur équipement est souvent très rudimentaire. Les Allemands installent
des herses, des barrières mobiles, des guérites bien équipées aux
carrefours, à l’entrée des villes et villages et ils posent même des
mines explosives en certains points. Toutefois, la ligne n’est pas
totalement hermétique, puisque, dans les champs, ce ne sont que des
poteaux aux couleurs nazies, qui la démarquent. Il aurait fallu aux
Allemands trop d’hommes et de moyens logistiques pour interdire
complètement la circulation interzones.

Amitiés

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Français Re: La naissance des zones

Message par ROCO le Dim 18 Mai - 22:08

très bonne description des Zones de démarcation. On oubli trop souvent que les plaines agricoles et les usines d'industrie lourdes étaient presque toutes en zone occupée qui allait jusqu'à la frontiere espagnole. les côtes du midi les seules qui nous restaient ne pouvaient pas rester très longtemps libres!!!
avatar
ROCO
Admin
Admin

Nombre de messages : 1304
Age : 77
Situation géo. : Loire(42)
Loisirs : chasse ,peche,sport ,télé,voyage,lecture
Date d'inscription : 02/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum