Pensées stratégiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Français Pensées stratégiques

Message par Tobrouk le Mar 29 Avr - 23:47

"La défense de la frontière du Nord (face à la Belgique) est un point important, tant par sa portée politique qu'industrielle ou stratégique, qu'il convient d'étudier à part; le fait que les Allemands soient passés par la Belgique en 1940 est en effet un des griefs les plus communément fait à la Ligne Maginot et le lecteur sera surpris d'apprendre que ceci était prévu et souhaité par les stratèges français.

Il faut considérer deux périodes distinctes dans les relations franco-belges; dès 1920, un accord lie militairement les deux pays et les Lignes de défense belges prolongent celles de la France la protégeant ainsi d'une attaque allemande par le Nord; la situation changera radicalement lorsqu'en 1936 la Belgique déclarera sa neutralité et cessera toute coopération avec la France (c'est une des conséquences du laxisme français suite à la réoccupation de la Rhénanie par Hitler).

La Belgique est le chemin le plus court pour atteindre, occuper ou détruire les grandes agglomérations du Nord où est concentrée une grande partie de l'industrie lourde et minière française mais également pour déboucher sur Paris et son importante région industrielle; simplement fortifier la frontière ne suffit plus, il faut protéger le pays en se portant en Belgique mais sans violer sa neutralité. A part quelques petits ouvrages -plus symboliques qu'efficaces- on laisse la frontière du Nord pratiquement "ouverte".

Le bouclier que représente la Ligne Maginot dans le Nord-Est joue à fond son rôle dissuasif et oblige les Allemands à manoeuvrer par les ailes, une attaque par la Suisse étant fort improbable car difficilement exploitable c'est donc par la Belgique qu'il faudra passer. Le viol de la neutralité belge présente des avantages pour la France; Bruxelles demandant de l'aide, Paris peut donc légitimement faire entrer en Belgique les troupes françaises les plus modernes (divisions mécaniques et motorisées) qui sont prépositionnées dans le Nord, ainsi la ligne de front sera raccourcie et le feu ennemi éloigné du bassin industriel si vital à l'industrie de l'armement; de plus, l'Angleterre ne tolèrera pas qu'Hitler occupe le port d'Anvers si proche de la Grande-Bretagne et entrera elle aussi dans la guerre (il ne faut pas oublier la politique très ambiguë des gouvernements britanniques dans les années trente).

En mai 1940 Hitler n'attaquera pas de front la Ligne Maginot, il fera fi de la neutralité de la Belgique, de la Hollande et du Luxembourg. Comme prévu les armées françaises monteront en Belgique et y livreront des combats héroïques (dont la première bataille de chars de la deuxième guerre mondiale) même l'attaque allemande à Sedan avait été prise en compte par certains généraux français (en 1935, 1937 et 1938 lors de manoeuvres de cadres, les hypothèses étaient justement une percée du front sur la Meuse) et certaines réserves françaises furent placées en conséquence.

Ce ne fut pas tant le lieu mais surtout la rapidité et l'étonnante coordination des forces allemandes qui ont surpris les Français qui tentèrent de "colmater" les brèches au lieu de lancer de puissantes contre-attaques. Après l'encerclement des armées alliées dans le Nord, l'évacuation de Dunkerque (4 juin) et l'entrée en guerre de l'Italie (10 juin), les Panzers de Guderian atteignirent la frontière suisse à Pontarlier (17 juin) prenant au piège près de 600 000 hommes, les réduisant progressivement.

C'est à ce moment qu'Hitler décida d'attaquer la Ligne Maginot. Les Allemands feront capituler certains petits ouvrages (tous des "nouveaux fronts") et passeront le Rhin en force, par contre l'ensemble des forts, même attaqué par les moyens les plus puissants (canons de 420mm, avions STUKA ...) résistera à tous les assauts en infligeant de lourdes pertes aux assaillants. On estime que les 22 000 hommes encerclés dans les forts d'Alsace et de Lorraine ont fixé plus de 240 000 Allemands et que les 85 000 Alpins dans leur béton ont arrêté près de 650 000 Italiens.

L'armistice entra en vigueur le 25 juin 1940 et c'est seulement le premier juillet, sur ordre du Haut Commandement français, que les ouvrages et leurs équipages furent "livrés" aux Allemands. Au vu des faits on peut dire que la Ligne Maginot a parfaitement rempli les missions que l'on attendait d'elle, elle a évité une attaque surprise, la France est le SEUL pays où Hitler n'a pas pu faire jouer l'effet de surprise (il n'en fut pas de même en Autriche, en Bohême, en Pologne, en Norvège, en Belgique, etc...), elle a couvert la mobilisation et aucune incursion ennemie n'est venue troubler la montée en puissance des armées françaises, elle a protégé l'Alsace-Lorraine et son industrie et elle a obligé Hitler à violer la neutralité belge.

Si aucune contre-offensive sérieuse (mises à part les opérations de la Warndt en 1939) n'a été lancée du côté français, il conviendrait d'en rechercher les raisons dans les hautes sphères du Commandement ou de la politique, on peut aussi se demander d'où venait la passivité des divers gouvernements français face à la montée du nazisme et ses visées expansionnistes (dont tous les méfaits étaient pourtant écrits dans "Mein Kampf"), le laxisme face à la réoccupation de la Rhénanie (alors que Paris savait qu'Hitler se serait retiré en cas d'intervention française) ou encore la lâcheté de Munich ?

La défaite n'était pas une fatalité et la Ligne Maginot (dont les utilisateurs n'étaient plus les concepteurs) n'était en rien responsable de cette débâcle bien qu'elle en soit devenue le bouc émissaire idéal. "

lignemaginot.com

Amitiés

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Français Re: Pensées stratégiques

Message par capablanca le Mer 30 Avr - 21:01

Pour les spécialistes :


Etait il possible humainement et financièrement de construire à partir de 1936 (donc après la fin de la coopération franco-belge) une ligne de défense solide, mais plus légèrement fortifiée comparable à la ligne Siegfried pour boucler le Nord de la France ?

Si oui, la guerre à l’ouest aurait été sûrement radicalement changée…

_________________
QUI OSE GAGNE !
avatar
capablanca
Admin
Admin

Nombre de messages : 532
Age : 38
Date d'inscription : 28/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Français Re: Pensées stratégiques

Message par mikedonovan le Jeu 1 Mai - 13:47

Bonjour à tous,

La France à voulu absolument fortifier sa frontière d'un bout à l'autre, cout extrèmement chère.
je pense que si on aurait fortifiée les parties ou l'industrie étaient développé (ex: la région Nord ou Lorraine) cela aurait permis de protéger des zones moins étendue et plus riche en matière premières.
Et donc de diminuer les couts de construction et de développer les divisions blindées ou d'augmenter le nombre d'avion et d'utiliser ces derniers dans les endroits non protéger.
De plus l'exemple de Tobrouk avec la ligne Maginot des alpes démontre que la défense avec peu d'effectif et efficace.

à plus mike Smile
avatar
mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Français Re: Pensées stratégiques

Message par EDriant le Jeu 1 Mai - 14:34

Je pense que dans le cas de la France, une ligne de fortifications pour protéger ses frontières n'était pas une absurdité en soi (la ligne Maginot est devenue comme on le sait la tarte à la crème préférée de tous les détracteurs de la France et de son armée de l'époque mais les caricatures grossières ne permettent pas d'appréhender correctement les situations).
Face à l'agressivité redoutée de l'Allemagne, la France s'est voulue dans l'entre-deux guerres le champion du droit international et de la paix. Il lui était par conséquent difficile de baser sa doctrine militaire sur l'attaque préventive pour assurer sa sécurité, surtout si elle voulait le soutient de la communauté internationale et en particulier de l'Angleterre. En cas de conflit avec l'Allemagne, elle devait donc se préparer à recevoir le premier choc et à faire en sorte de pouvoir le contrer avant de contre-attaquer. Les dirigeants de l'époque, tous meurtris par les souvenirs douloureux des hécatombes de 14-18 lors des offensives alliées contre les puissantes lignes fortifiées allemandes, ont tout naturellement songé à protéger notre frontière par une ligne de fortifications puissantes et modernes, afin de contenir le choc initial et éviter qu'il ne soit fatal (la France n'a pas les distances de la Russie pour amortir les offensives ennemies!). Tout cela n'est pas en soi absurde et la ligne Maginot aurait certainement démontré son utilité si l'Etat-Major français n'avait pas commis les erreurs grossières que l'on sait dans la mise en oeuvre du plan Dyle-Breda et surtout dans son plan de concentration.
Le problème effectivement, c'est que cette ligne de défense absorba une quantité importante des crédits alloués à la défense (qui pendant longtemps furent en plus notoirement insuffisants!) et qu'elle eut 2 effets pervers importants: de donner à la nation un sentiment de sécurité illusoire poussant à la paresse en matière de défense, et après la déclaration de guerre d'absorber une portion (trop) importante de nos effectifs pour la défense de ses ouvrages.
Mais il était possible de mieux équilibrer les choses pendant la drôle de guerre et de prendre des mesures rendant la fortification utile: au lieu de continuer d'engouffrer des sommes astronomiques et quantités d'heures de travail sur la ligne Maginot existante en complétant ses ouvrages (comme c'est indiqué par exemple dans le livre de Bruno Chaix), l'Etat-Major pouvait réorienter les ressources pour prolonger la ligne à l'Ouest et pousser à la construction de points fortifiés sur le reste de la frontière du Nord. Certes les paysans de ces régions se montraient très réticents à céder leurs terres et constituaient un lobby qui a contribué à dissuader l'Armée de choisir cette option, mais avec un généralissime de caractère, les choses auraient pu être différentes. Quand on pense que les bords de la Meuse ne furent même pas minés!!!
Le fait est que l'idée de ligne fortifiée n'était pas absurde en elle-même, et c'est notamment grâce à la fortification que les russes battront les Allemands à Koursk, que les Allemands ralentiront les Alliés en Tunisie puis en Italie, qu'ils cloueront les Américains sur place à Omaha...
Sans doute aurait-il mieux valu une ligne moins moderne, moins massive, moins chère avec quelques ouvrages clé parsemant la frontière sur toute sa longueur pour servir de môles de résistance et gêner d'éventuelles attaques ennemies, mais la ligne Maginot ne constitue pas pour moi l'erreur décisive de la France à cette époque. La guerre pouvait être gagnée même avec la ligne Maginot; elle ne pouvait pas l'être avec notre aviation misérable, nos carences en matériels anti-aérien et anti-char et notre plan de concentration absurde.

EDriant
Admin
Admin

Nombre de messages : 135
Age : 49
Situation géo. : France
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://driant.boisdescaures@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Français Maginot

Message par Tobrouk le Jeu 1 Mai - 17:53

Comme le fait EDriant, comparer la ligne Maginot aux défenses des Allemands à Omaha, par exemple, n'est pas idiot.

Les WN ont été pilonnés, martelés par des gros calibres de marine et par des bombardements massifs, ils ont tenu le coup et ont mis les Américains en échec sur les plages. Seuls les petites constructions et tranchées ont eut à souffrir! mais, derrière, il y avait de la réserve (qui a tardé à intervenir mais là c'est une autre histoire).

Sur la ligne Maginot qu'y avait-il comme réserve ? rien! sinon des unités faites de bric et de broc, qui n'avaient jamais manoeuvrées ensembles.

Plutôt que d'essayer de colmater les brèches, fallait au contraire tenter de percer.

Cette guerre fut en permanence du colmatage, comme si on pouvait maintenir un mur qui s'écroule en y injectant du mortier, sans au préalable
étayer avec des matériaux efficaces.

Amitiés

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Français Re: Pensées stratégiques

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum