L'ultime bataille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Europe L'ultime bataille

Message par Tobrouk le Dim 12 Fév - 1:10



Début juin, la situation des armées françaises est désespérée : elles sont seules à poursuivre le combat. Les Hollandais ont capitulé le 15 mai et les Belges le 28. Dunkerque est tombée le 4 Juin : il n'y a plus de soldats anglais sur la continent. Dans le Nord et dans l'Est, les meilleures divisions sont prises au piège. Seules quarante divisions d'infanterie ont survécu au désastre en se repliant in extremis, abandonnant sur place une partie du matériel. On réorganise ces troupes en un nouveau front sur les rives sud de la Somme et de l'Aisne, qui tient tant bien que mal depuis la fin mai. Les soldats français sont conscients des enjeux, animés par un patriotisme viscéral et décidés à s'accrocher au terrain, malgré l'absence de l'aviation et de l'artillerie antiaérienne. En cette heure décisive, ils défendent seuls la liberté du monde. Rien n'est perdu pourtant, et l'on va résister sur place, sans esprit de recul, jusqu'à l'arrivée de renforts prévue pour le 15 : des morceaux d'armées rescapés du désastre des Flandres vont débarquer à Cherbourg et venir consolider le dispositif.

Le général Weygand organise la défense en de multiples points d'appui, capables de riposter dans toutes les directions. Ces centres de résistance, très espacés, sont situés dans les villages et les bosquets, qui offrent contre la progression des chars, des obstacles naturels. Ces localités ont été évacuées dans la dernière semaine de mai et les unités y ont établi leur cantonnement. Entre ces points forts, il n'y a rien, ni tranchée, ni fossé, ni même terrain miné. Derrière cette ligne discontinue, rien non plus, sauf les positions d'artillerie à trois ou quatre kilomètres à l'arrière des localités tenues par l'infanterie. Cette organisation de la ligne de défense était la seule possible : il n'y avait plus assez d'hommes pour tenir un front continu. Le village fortifié est le pilier de la défense, les tirs de barrage des 155 étant censés arrêter les chars.

Les Allemands se hâtent d'empêcher cette réorganisation. Ils veulent en finir le plus vite possible avec ce qui reste de l'armée française, et sceller la victoire en investissant Paris dans les meilleurs délais. Ils redoutent une nouvelle bataille de la Marne. Ils peuvent maintenant donner l'assaut final sans crainte d'être pris à revers : Dunkerque est tombée la veille. Le rapport des forces leur est très favorables : ils sont deux fois plus nombreux que leurs adversaires et ils ont en plus la totale maîtrise du ciel. Ils attaquent donc en force dès le mercredi 5 juin à l'aube, avec 138 divisions et dans trois directions : Dijon, Rouen et Paris. Le dernier obstacle : les villages fortifiés. Truffés de canons de 75 utilisés en pièces antichars, soutenus par l'artillerie lourde, ces hérissons résistent vigoureusement aux premiers assauts.




Post d'Isaetdavid


Dernière édition par le Dim 12 Fév - 1:23, édité 1 fois

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe L'ultime bataille suite

Message par Tobrouk le Dim 12 Fév - 1:12

Les combats sont brefs, mais très meurtriers. À deux heures du matin, l'artillerie lourde se déchaîne, déclenchant un vacarme assourdissant. À l'aube, les soldats, hébétés et nerveusement épuisés par le fracas des bombes et les hurlements des blessés, affrontent les premiers chars qui attaquent par groupe de cinq, pour sonder les défenses. L'ennemi est contenu, et les chars se détournent des centres de résistance, pour se déployer à l'arrière du front, s'en prenant aux batteries d'artillerie, aux colonnes de ravitaillement, aux lignes de communication et aux postes de commandement. Ils plongent à l'intérieur du système de défense sans rencontrer de résistance à la vitesse de 40 km/heure. Dans le même temps, les bombardiers interviennent massivement sur les villages fortifiés. Les Stukas et les Bf 109, qui règnent dans les airs, déclenchent l'enfer au sol. Guidée par les avions d'observation, l'artillerie est d'une efficacité redoutable. Des régiments entiers sont pulvérisés. C'est "le hachoir", qu'évoquaient en 1916 les combattants de Verdun; il n'y a que deux façons d'en sortir : mort ou fou.

Le cent-neuvième régiment d'infanterie tient le secteur de Beuvraignes, au sud de Roye, sur la route de Paris. Les soldats défendent leur position, avec l'appui des seuls blindés, qui se battent à un contre quatre, et de quelques canons antichars de 25 et de 47. Pendant deux jours, ils subissent les bombardements aériens massifs et le pilonnage de l'artillerie lourde. Le vendredi 7 juin, l'assaut final est donné : des dizaines de blindés encerclent leurs positions et s'engouffrent bientôt dans les brèches, semant l'épouvante chez les survivants. L'infanterie motorisée intervient ensuite pour neutraliser les derniers défenseurs. Enfin le combat cesse, les blessés sont évacués, et les morts enterrés par les prisonniers, à la diable, dans des fosses communes. En effet, personne ne veut se charger de la pénible besogne de l'identification des morts : retourner les corps, fouiller les vêtements, en extraire le livret militaire qui permettrait de donner un nom à chacun des hommes. La chaleur est étouffante, le chaos règne, les prisonniers sont épuisés par les combats et le manque de sommeil. On enterre les morts à la hâte


Post d'Isaetdavid


Dernière édition par le Dim 12 Fév - 1:23, édité 1 fois

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe L'ultime bataille suite et fin

Message par Tobrouk le Dim 12 Fév - 1:13

À une vingtaine de kilomètres au nord, le secteur de Fresnes-Mazancourt, Miséry et Marchélepot est tenu par le 22ème Régiment de Marche de Volontaires Étrangers, qui défend lui aussi la route de Paris, au sud de Péronne. Cette unité est composée majoritairement de réfugiés espagnols républicains et d'immigrés juifs d'Europe centrale, tous très motivés par le combat anti-fasciste, et pour certains d'entre eux très aguerris. Ces régiments de volontaires étrangers étaient mal équipés, et les soldats des autres unités les appelaient par dérision les "régiments ficelles". Les 5, 6 et 7 juin, le 22ème RMVE se bat pourtant avec une telle détermination, qu'il est cité à l'ordre de l'armée. "Complètement entouré par les unités blindées ennemies, violemment bombardé, tant par les avions que par l'artillerie, il résiste héroïquement pendant quarante-huit heures à toutes les attaques, réussissant pendant ce temps à conserver l'intégralité des localités qui constituaient l'ossature de la position confiée à sa garde". Les soldats pourtant épuisés refusent de se rendre, et se battent au corps à corps, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que 800 hommes valides, sur environ 2 500, qui seront fait prisonniers. Certains Espagnols, apatrides, seront envoyés au camp de concentration de Mauthausen. Quant aux combattants juifs, ils sont protégés par leur statut militaire, tant qu'ils portent l'uniforme, mais ceux qui, grièvement blessés, échappent à la captivité ne seront pas, plus tard, à l'abri des rafles; et les familles des Volontaires Étrangers, seront les premières victimes des persécutions raciales. Sur la Somme, c'est la fin, le front vole en éclats, la route de Paris est ouverte et les Allemands franchissent le fleuve le 8. Le lendemain, ils atteignent la Seine et Compiègne. Dès le lundi 10 Juin, ils attaquent sur l'Aisne et enfoncent la dernière ligne de défense.

l'exode, après la débâcle. Le mercredi 12 Juin, tandis que les Allemands franchisent la Marne, Weygand donne l'ordre de repli général, afin de ne pas compromettre le statut de ville ouverte de la capitale, et de lui épargner ainsi la destruction. Le vendredi 14 à l'aube, les Allemands investissent Paris tandis que l'armée française se replie sur la Loire, que les Allemands atteignent le dimanche 16. Le lundi 17, Pétain demande l'armistice et annonce qu'il faut «cesser le combat» alors que bien des unités luttent encore vaillamment et que les négociations d'armistice ne sont pas engagées. Pire qu'une imprudence, une faute qui permet à l'ennemi de faire aussitôt des centaines de milliers de prisonniers


Post d'Isaetdavid

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe La dernière chance

Message par Tobrouk le Sam 25 Fév - 23:53

Le 19, Paul Reynaud nomme Weygand commandant en chef
Pétain est ministre d'Etat et le général de Gaulle ministre d'Etat à la guerre
.

Les forces blindées allemandes qui avancent vers Abbeville sont très étirées loin en avant du gros des trupes qui progressent à pieds. Pourquoi ne pas les isoler par une opération en ciseaux, combinant une attaque nord-sud avec les forces de Belgique et une attaque sud-nord par des troupes prélevées sur la Lorraine et engagées sur la Somme?
Le 20 il donne ses instructions et le 21 il rend visite dans le nord au général Billotte qui commande le groupe d'armée Nord. le 22 la manoeuvre se dessine. Le mouvement vers le sud est entamé. Arras et Cambrai sont repris. L'intervalle entre les deux branches du ciseaux est de 60 Km.
Malheureusement, le général Billote se tue en voiture. le commandement passe au général Blanchard. On peu dire que la mort du général Billotte causa un problème grave au sein du groupe d'armée. Le général Blanchard ne sera pas à la hauteur.

Le 23, Weygand envoie un nouvel ordre impératif." Continuez le mouvement".Le 24, les britanniques qui devaient attaquer au sud abandonnent Arras et se replient sur Dunkerque.
L'attaque n'est plus possible. Il envoie un nouveau télégraphe "Si le repli rend impossible la manoeuvre ordonnée, efforcez-vous de constituer une tête-de-pont couvrant Dunkerque".
Au sud, le mouvement offensif vers le nord n'a pas été éfficace. Le groupement comprenait: l'armée Touchon sur l'Aisne, l'armée Frère sur la Somme et l'armée Altmayer sur la basse-Somme.
Ces 3 armées forment le groupe d'armées du général Besson. 40 divisions, 20 à l'ouest de l'Oise, mais en fait 10 seulement sont opérationnelles. C'est peu, pour un front de 100Km, mais c'est beaucoup enregard des forces allemandes qui couvrent l'attaque des blindés vers Boulogne et Calais. La Somme est défendue par 2 divisions allemandes. Weygand demande qu'on s'empare des passages sur la Somme. Au lieu de faire masse, nos forces s'étendent en cordon défensif et montent de petites opérations locales;


A bientôt

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: L'ultime bataille

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum