6è R.E.I.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Europe 6è R.E.I.

Message par dwnvg le Mer 8 Aoû - 17:16

HISTORIQUE




Depuis 1921, les bataillons formant corps des régiments étrangers et les escadrons du 1er REC (4e et 1er) participent aux opérations qui se déroulent au Levant (Syrie et Liban). Ils se distinguent notamment aux combats de Souïda, Musseifre et Rachaya. Et lorsque les armes se taisent, suivant la tradition, les légionnaires du Levant deviennent des bâtisseurs.

En 1938, deux bataillons de la Légion étrangère sont présents au Levant :



IV/1er R.E. I. (ancien VIII/1er R.E.I.) à Homs est commandé par le chef de bataillon EDART.

I/1er R.E.I. (ancien VI/1er R.E.I.) est stationné à Baalbeck (caserne GOURAUD) est commandé par le chef de bataillon BRISSET.

Formant respectivement corps, les deux bataillons sont associés pour former le groupement de Légion étrangère du Levant, dont le lieutenant-colonel BARRE prend le commandement. Le 18 avril 1936, le lieutenant-colonel BARRE est désigné pour servir au 1/1er REI. Il apparaît, d’après son témoignage, qu’il existe déjà un EM de Groupement de Légion étrangère (GLE), formé à Homs avec les éléments de l'EM /1er REI de Sidi bel Abbès, et qui « coiffe » les unités de Légion au Levant. En effet, le 24 avril, il est affecté au commandement du groupement de Légion étrangère, comprenant les 1/1 et 4/1 étrangers, stationnés au Levant par décision N° 2483/5 du 1er mai 1936.

Le 16 avril 1939, le II/2e R.E.I. vient renforcer les troupes du Levant.

Le 31 août 1939, le 6e bataillon du 1er R.E.I., qui vient d’être formé à Sidi Bel Abbes, débarque du S.S. Mariette-Pacha à Beyrouth.

Les unités de la Légion étrangère, qui stationnent au Levant, forment corps et dépendent pour l’administration des 1er et 2e R.E.I. La situation de guerre ne peut que compliquer la conservation des liens qui existent entre les corps et les bataillons. Administré par Bel Abbes ou Saïda (Algérie), un nouveau changement dans l’organisation de la Légion va détacher de la branche mère ces jeunes, mais déjà puissants rameaux. Aussi, le 2 septembre 1939, est créé à Homs (SP 612) le groupement de Légion étrangère (G.L.E), commandé par le lieutenant-colonel BARRE. Il est dissous le 1er octobre 1939.

A cette même date, est créé, par décision ministérielle N° 4001 – BT/1-O.S., le 6e régiment étranger d’infanterie. Il est commandé par le colonel IMHAUS, premier chef de corps du régiment. Le lieutenant-colonel BARRE en est le commandant en second.

Le 6e R.E.I. est organisé sur la structure :

EM du régiment, (Homs, SP 612)

C.H.R. (compagnie hors rang – capitaine ANDOLENKO), (Homs, SP 612)

Quatre bataillons.
Les quatre bataillons sont créé à partir des :

1er bataillon (ancien IV/1er R.E.I.), stationné à Soueïda (SP 608), 3e compagnie (capitaine COMITI) à Salkhad (SP 608/27). Le bataillon est commandé par le CBA EDART ;

2e bataillon (ancien I/1er R.E.I.), stationné à Baalbeck (EM et SHR, 6e et 7e Cies, SP 606/43) et 5e et 8e Cies à Deir-Ez-Zor (SP 613), section de 13,2 mm à Beyrouth (SP 600). Le bataillon est commandé par le CBA BRISSET ;

3e bataillon (ancien II/2e R.E.I.), stationné à Damas Mezzé, (SP 610, Mezzé est une banlieue de Damas), la 11e compagnie est à Dmeir (route de Damas à Palmyre, SP 6…). Le bataillon est commandé par le CBA TAGUET ;

4e bataillon (ancien VI/1er R.E.I.), stationné à Homs (SP 612) et Palmyre (13e et 15e compagnies, SP 612/20), il est commandé par le CBA BOITEL ;



La numérotation des bataillons suit l’ordre chronologique d’arrivée sur le territoire des anciennes unités. La nouvelle formation est rapidement connue sous l’appellation de « régiment du Levant de la Légion étrangère ».

Son effectif est de 85 officiers (dont 7 détachés), 334 sous-officiers, 2876 gradés et légionnaires.

Le 1er janvier 1940, le 6e régiment étranger d’infanterie, commandé depuis le 20 décembre 1939 par le lieutenant-colonel BARRE (ancien commandant du G.L.E.), est réorganisé en deux « fractions » distinctes :

Régiment type montagne (équipé de mulet):

EM du régiment, Lieutenant-colonel BARRE (Homs).

Compagnie de commandement, capitaine SOULIER (Homs).

C.H.R. (compagnie hors rang), capitaine DELOSSE (Homs).

1er bataillon, chef de bataillon EDART (Soueïda).

2e bataillon, chef de bataillon BRISSET (Baalbeck).

Régiment de type outre-mer (motorisé):

EM et section de commandement, Lieutenant-colonel non désigné à la création (Damas).

3e bataillon, chef de bataillon TAGUET (Damas).

4e bataillon, chef de bataillon BOITEL (Homs).

Son effectif, au 1er janvier 1940 est de 85 officiers (dont 7 détachés), 378 sous-officiers, 3255 gradés et légionnaires.

Le 10 mars 1940, par note N° 1062/1, le général WEYGAND, commandant en chef le théâtre d’opérations de méditerranée orientale prescrit la constitution, en deux parties, du 6e R.E.I. portant les appellations suivantes :
6e régiment étranger (chef de corps lieutenant-colonel BARRE): EM du régiment,

Compagnie de commandement et d’engins (C.C.E.),

C.H.R. (compagnie hors rang),

1er bataillon,

2e bataillon.




Groupement de Légion étrangère du Levant (G.L.E.L.) (le lieutenant-colonel VIAS en prend le commandement):



EM et section de commandement, effectif de l’état-major: 2 officiers, 3 sous-officiers , 83 gradés et légionnaires. Le groupement est stationné à Damas au quartier SOUDOIS.

3e bataillon,

4e bataillon,

la section spéciale de la Légion étrangère.




Ces deux formations constituent deux organismes séparés faisant partie, pour le 6e R.E.I., de la 192e division d’infanterie et pour le G.L.E.L. des troupes des territoires Sud Syrie.

Le 19 mars 1940, par note de service N° 11325 du général commandant supérieur des troupes du Levant, la compagnie régimentaire d’engins (C.R.E.) est créée au 6e R.E.I. par prélèvement de la section d’engins de la compagnie de commandement et d’éléments du G.L.E.L. Son effectif est de 3 officiers, 16 sous-officiers, 96 gradés et légionnaires. La compagnie, commandée par le lieutenant DARNAUD, stationne à Homs, quartier GALLIENI. Simultanément, la compagnie de commandement et d’engins reprend le nom de compagnie de commandement, la 5e section (engins) passe à la C.H.R. Le reste de la compagnie constitue la 4e section de mitrailleuses de la C.A 2 du 2e bataillon.


Le 24 avril 1940, le général WEYGAND passe l’inspection à Baalbeck du 1er bataillon de marche des volontaires étrangers (1er B.M.V.E.), bataillon créé au camp de BARCARES, le 1er mars 1940, arrivé le 15 avril 1940 à BEYROUTH et le 16 à Baalbeck. Le 28 avril 1940, en exécution de la note de service N° 308/I, en date du 22 avril 1940, le général de corps d’armée MASSIET commandant le groupement des forces mobiles du Levant (G.F.M.L.) prescrit :
« Le bataillon de volontaires étrangers, débarqué le 15 avril à BEYROUTH, est affecté au 6e R.E.I. à Baalbeck (avec le 2e bataillon). Il portera l’appellation « 11e bataillon de volontaires étrangers du 6e régiment étranger d’infanterie ». L’effectif de ce bataillon, débarqué le 15, est de 18 officiers (à noter la présence de 4 officiers d’active pour le bataillon, les autres officiers étant des officiers de réserve), un aspirant, 89 sous-officiers, 651 gradés et « légionnaires » (en majorité d’origine espagnole). Le bataillon est commandé par le CBA KNOCKER (officier de réserve). Le 11e B.V.E. reçoit le détachement accompagnant les animaux le 23 avril 1940, de sorte que l'effectif total débarqué atteint le 29 avril 1940 (JMO du 6e REI) : 19 officiers, 1 aspirant, 89 sous-officiers et 729 hommes de troupe.

dwnvg

Nombre de messages : 20
Age : 72
Situation géo. : Belgique
Date d'inscription : 29/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: 6è R.E.I.

Message par dwnvg le Mer 8 Aoû - 17:17

NDL : c’est une unité à fort contingent, non légionnaire composée pour une grande part d’Espagnols (50% de l’effectifs), et de volontaires « enrôlés de force » pour vider le camp de BARCARES.

Le 3 juin 1940, le 6e R.E.I. est pour la première fois regroupé en entier à Baalbeck, pour participer jusqu’au 10 juin à des manœuvre de la 192e D.I. à Katana (Syrie, sud-ouest de Damas). Les manœuvres sont raccourcies car l’Italie vient d’entrer en guerre; cette situation accélère le retour des bataillons dans leurs garnisons.

Quand, le 24 juin le général MITTELHAUSER, commandant en chef les troupes du Levant, annonce aux officiers supérieurs de la garnison de Beyrouth « qu’il se désolidarisait d'un gouvernement capitulard », il fut applaudi. La réaction des cadres fut unanime dans la mesure où elle s'exprima. Le patriotisme s'accordait avec l'esprit de discipline derrière le chef. Les réservistes ne furent pas tous du même avis. Beaucoup ne montrèrent aucun enthousiasme à continuer une guerre dont le gouvernement avait décidé l’arrêt (l’armistice est signé en France le 25 juin 1940).
Le colonel de LARMINAT, chef d’état-major des forces du Levant, conformément aux directives de l’amiral DARLAN et co-signées par les commandants en chef de théâtre (y compris le général MITTELHAUSER), prend à son compte la tâche de maintenir en guerre une partie des troupes du Levant, avec l'approbation confidentielle de son chef. Il diffuse, le 27 juin 1940, une circulaire encourageant les unités stationnées au Liban et en Syrie à rejoindre les forces britanniques stationnées en Palestine.

Le CBA KNOCKER, commandant le 11e B.V.E., reçoit la circulaire le 27 juin. A son retour de Homs, il convoque ses officiers pour leur faire part de ses intentions.
Cette scène est relatée par le lieutenant HOUZEL du 11e B.V.E. : « après avoir reçu ce document, qui lui avait été apporté par une estafette motocycliste au début de l'après-midi, il s'était immédiatement rendu à Homs, pour s'en entretenir avec le chef de corps. Celui-ci avait déjà reçu la même note, et ayant pris la décision de répondre favorablement à cet appel et d'emmener en Palestine tous les éléments de son régiment qui décideraient de continuer la lutte sous ses ordres. Le commandant KNOCKER poursuivit en disant qu'il avait également pris, en ce qui le concernait, la décision de suivre le colonel dans cette voie avec ceux d'entre nous, des sous-officiers et des hommes du bataillon qui choisiraient, comme lui, de ne pas accepter l'armistice. Il nous laissait la nuit pour réfléchir et nous demanderait nos réponses le lendemain matin, avant de prévenir la troupe. Il ajouta qu'en revenant de Homs, il avait fait un détour, pour aller prévenir le 1er bataillon de notre régiment, qui se trouvait sur les flancs du Liban, occupé à des travaux de piste ».

Une fois le choix fait par les cadres et les hommes, le commandant organise son bataillon pour le départ le lendemain vers la Palestine. Pour ce faire, il doit se motoriser. Le parc automobile du Levant de Baalbeck, riche de 800 véhicules, y pourvoit largement. Le restant du bataillon, aux ordres du capitaine le plus ancien assurera la sécurité de la place. Dans la nuit, les Espagnols du bataillon « désertent » en emmenant armes et munitions à bord des véhicules réquisitionnés par les « gaullistes du B.V.E. » pour rejoindre la Turquie. Ils sont récupérés dans la nuit, après quelques scènes épiques, qui malheureusement coûtent la vie à des hommes et provoquent quelques pillages dans la ville. Cet incident va couper court, à la tentative du 11e B.V.E. de rejoindre la Palestine, car le reste du bataillon est « consommé » à la remise en ordre de la garnison.

Le chef de bataillon EDART, commandant le 1er bataillon, fait de même et réunit ses officiers. Les lieutenants acceptent de partir, les capitaines, commandant les compagnies, refusent, jugeant le projet utopiste.

Le 27 juin 1940, le 1er bataillon fait mouvement de Homs vers Baalbeck avec son chef et ses lieutenants. Comme le 11e B.V.E., le bataillon n’étant pas motorisé, « emprunte » au dépôt logistique de Baalbeck les véhicules de transport qui lui font défaut, ainsi que le carburant nécessaire au mouvement. Arrivé à Baalbeck, le bataillon participe à la reprise en main de la ville en état d’insurrection. Alors que le bataillon remet de l’ordre dans Baalbeck, les velléités du général MITTELHAUSER sont de courte durée. Il change de posture, reprend son commandement et inspecte, le 28 juin, les unités de Homs, puis celles de Baalbeck. Il met aux arrêts le colonel de LARMINAT, à Damas, le 28 juin 1940. Le 1er bataillon, alors motorisé, est dirigé vers Damas où il retrouve les deux autres bataillons du 6.

Devant l’injustice de la sanction qui frappe le colonel de LARMINAT, quelques officiers (projet initié par le CBA EDART (I/6) et le CBA TAGUET (IV/6), décident de le faire libérer, et s’il le faut par la force.

Le CBA EDART, les lieutenants JOLY d’AUSSY (chef de section à la 7e Cie) et AY (officier transmissions du 3/6) organisent son évasion avec la complicité du CBA TAGUET. Ce dernier met un taxi en panne devant le poste de police et demande son intervention pour régler l’incident. Pendant ce temps, les autres officiers cherchent et récupèrent le colonel dans sa cellule. Au moment de partir avec le colonel, le taxi ne veut plus démarrer. Le chef de bataillon redemande le concours du poste de police qui pousse le véhicule et le met en route. Ils le conduisent jusqu’à Kenitra et font partir le colonel de LARMINAT en Palestine avec l’aide du lieutenant FOUGERE, commandant l’escadron Tcherkesse et chef de poste de Kuneitra.

Le CBA EDART (I/6) et le CBA TAGUET (IV/6), désireux de poursuivre le combat, veulent aussi initier « un coup d’état » pour faire basculer les troupes du Levant dans la lutte. Les « comploteurs » échouent (dénoncés) dans leurs contacts avec les troupes (mobilisées en AFN) de Damas. Le général FOUGERES, nouveau commandant en chef au Levant, réunit les officiers et met fin à toute entreprise de soulèvement.

Entre temps, le 4 juillet 1940, les Anglais ont attaqué la flotte française à Mers el Kebir. Ce drame va définitivement faire basculer, dans le camp de Vichy, les forces du Levant.

Le 1er bataillon se fait reprendre ses véhicules et reçoit l’ordre de rejoindre sa garnison à Homs en passant par Nebeck le long du désert de Syrie (250 Km à pieds avec ses mulets). A l’arrivée le CBA EDART est muté en France. Le lieutenant-colonel BARRE sanctionne les lieutenants du bataillon de 15 jours d’arrêts pour la « détention irrégulière d’un matériel (carburant) appartenant à l’Etat ». Le 1er bataillon n’a donc plus de lieutenant et les capitaines retrouvent leurs compagnies.



Pour la suite historique, le CBA EDART et le CBA TAGUET rejoignent la France (date). Le premier entre dans la résistance et sera assassiné par un maquis communiste (voisin de son maquis et donc rival), le second sera déporté pour acte de résistance dans un camp de concentration et libéré par les Américains le jour de Camerone 1944. Il décédera le jour même.

Le 1er août 1940, la 3e compagnie du 11e B.V.E. est dissoute et constitue une compagnie de travailleurs constituée avec les Espagnols du bataillon. Cette unité est commandée par le lieutenant PETYT (ancien commandant de la 3 / 11e B.V.E.).

Au cours de la campagne de France, alors que les 11e et 12e étrangers combattaient héroïquement sur le sol de la Patrie, pendant que la 13e Demi-brigade de Légion s'illustrait en Norvège, le 6e étranger restait l'arme au pied au Levant, situation peu goûtée des cadres, tous d'active, et de la troupe, éléments anciens et choisis.

L'état d'esprit du 6e, facile à deviner, trouva son expression dans son refrain « Jeune 6e, ne t'en fais donc pas, il en restera pour toi ».

Le 16 octobre 1940, le 11e B.V.E. est dissous et forme à la même date le groupement de travailleurs étrangers du Levant (G.T.E.L.). Les cadres et légionnaires sont affectés à la C.H.R., les officiers et les 66 sous-officiers désignés restent provisoirement à l’encadrement des travailleurs étrangers en attendant l’arrivée des cadres désignés à cet effet (instruction sur les travailleurs étrangers N° 14300 du général Cdt supérieur des troupes du Levant (EM 1er bureau) en date du 8 octobre 1940. Le 1er novembre 1940, les engagés volontaires pour la durée de la guerre présents dans les unités du régiment, sont versés au G.T.E.L.

NB : Les premières CTE (Compagnie de Travailleurs Étrangers) apparaissent sous la République dès avril 1939; elles se multiplient avec l'entrée en guerre. Celles recrutées parmi les réfugiés espagnols sont les plus nombreuses (plus de 200), mais ce ne sont pas les seules, et le E de CTE a toujours signifié "étrangers". La numérotation des CTE permet seule d'en distinguer le recrutement. Une CTE compte normalement 250 travailleurs militaires (désarmés) avec un faible encadrement. Les CTE sont supposément aussi regroupées administrativement en GTE. Quelque temps après l'armistice, le système est remanié et, sous Vichy, de nouveaux GTE (Groupement de Travailleurs Étrangers) remplacent les CTE; on y loge désormais une plus vaste gamme d'étrangers, y compris des engagés volontaires pour la durée de la guerre (EVDG) ayant combattu.
Au Levant, il semble que l’on ait commencé (1/8/40) par créer une CTE ancien modèle avec la 3e Cie du 11e BVE, probablement parce que cette unité avait manifesté trop peu d'enthousiasme à continuer à servir après l'armistice et qu'il valait mieux la désarmer. Puis, le 16/10/40, on organise un GTE du Levant nouveau modèle avec les Espagnols de l'ancien BMVE. Le transfert des EVDG de la Légion au GTEL (1/11/40) est symptomatique du traitement malheureux réservé aux volontaires étrangers de 1939/40. La C.T.E. est dissoute le 1er novembre 1945 (1).
Le 15 décembre 1940, par message officiel N° 15416 du général Cdt supérieur des troupes du Levant, le lieutenant-colonel commandant le 6e R.E.I. prend autorité sur le groupement de Légion étrangère du Levant en vue de la réorganisation du régiment et de la création d’un groupe d’artillerie de Légion du Levant (G.A.L.L.), à la date du 1er janvier 1941. Cette réorganisation s'inscrit dans la nouvelle restructuration des troupes du Levant, qui vise à rendre les bataillons capables d'opérations autonomes : les services et l'appui tactique sont maintenant distribués au niveau du bataillon. De plus, elle permet de remédier au sous-effectif chronique des unités, les liaisons avec la métropole étant devenues difficiles voire impossible du fait de la guerre de l’Axe en Libye et de l’action de la marine italienne.

(1) P.V.N° 275 au répertoire de l’Intendance des corps de troupe de Beyrouth, relatif à la dissolution de la compagnie de travailleurs étrangers, fait par l’intendant militaire de 2e classe HERVE.
Amitiés Légio More Majorum
Daniel

dwnvg

Nombre de messages : 20
Age : 72
Situation géo. : Belgique
Date d'inscription : 29/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum