du 5 au 8 juin 1940 : un tournant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Europe du 5 au 8 juin 1940 : un tournant

Message par dwnvg le Mer 8 Aoû - 16:01

Bonjours a tous

Au début du mois de juin 1940, la situation est dramatique en France. Les armées Franco-Britanniques envoyées en mai en Belgique ont été écrasées et les survivants embarquent à Dunkerque, en y laissant tout leur matériel. Les forces britanniques en France sont donc très réduites et L’Armée Francaise a perdu ses meilleures unites alors que les panzers et le gros de la Wehrmacht se retournent et marchent sur Paris.

Le 5 juin 1940 à 2h du matin, la "Bataille de la Somme", Fall Rot, le "Plan Rouge", débute sur la Somme et sur l'Aisne.

Le général Maxime Weygand adresse à ses divisions un appel affligé : "Puisse la pensée des souffrances de notre pays insuffler en vous la ferme résolution de résister. Le destin de la nation et l'avenir de vos enfants dépendent de votre détermination."

Weygand, comme Reynaud, pensait le 25 mai que l’armistice ne pouvait être décidée qu’en accord avec l’allie britannique. Mais, des le 26, il change d’avis. Weygand ne peut se résoudre à des combats inutiles qui, selon lui, ne mèneront qu’a une occupation complète de la France qu’il souhaite éviter.

Mandate par le Comité de guerre, il masse ses troupes disponibles sur l’Aisne et le Somme, ne laissant que le minimum ailleurs et ne ménageant aucunes réserves.

Cet "ordre Weygand" ordonnent à toutes les unités de défendre leurs positions sans esprit de recul. Car pour Weygand, la guerre est perdue et il ne veut pas s’orienter vers l’idée d’un repli, d’abord vers la Bretagne puis ensuite l’Afrique du Nord qui a été un moment envisage. Pour lui, la Bataille de la Somme est un baroud d’honneur, le dernier, puis il faudra négocier une paix honorable avec les Nazis. Il fait, comme Hitler, une guerre politique, mais en position de vaincu.

Paul Reynaud lui a bien demande d’aménager un «Réduit National » en Bretagne, mais Weygand ne fera pas grand chose dans ce sens et Reynaud ne le rappellera pas a l’ordre. Pendant ce temps, rien n’est fait en France pour préparer la défense de l’Empire, c’est en fait le contraire qui se produit, on vide l’Afrique au profit de la métropole jusqu’au 11 juin.

Weygand, incontestablement patriote, pense que, des que la France aura baisse les armes, les Britanniques suivront. Autant donc sauver les meubles et avoir le courage de négocier avec Hitler tant «Que la France avait une armée »

Pendant ce temps, a Londres, Churchill clame sa volonté de continuer la guerre a tout prix, use et abuse du «succès » du re-embarquement de Dunkerque pour montrer que l’on peut combattre Hitler mais sa position est fragile. Il est sans cesse remis en cause, dans son propre gouvernement, par les pacifistes, les éternels partisans de «l"appeasement », Halifax en tète. Les dirigeants français, Weygand, Pétain, Baudouin, etc… ne voient dans le bellicisme Churchillien qu’un feu de paille, ratant ainsi la marche et mettant, de par leur attitude défaitiste, la position de Churchill en danger.

Quant a Charles de Gaulle, devenu ce même 6 mai 1940 Secrétaire d’Etat a la Guerre du gouvernement Reynaud, il hésite encore. Il a bien compris que la bataille de France allait être perdue, doute de pouvoir convaincre Paul Reynaud de continuer la lutte en Afrique du Nord mais il n’a pas encore pris la décision de devenir «Le Rebelle » et pense aussi que Churchill va devoir céder et chercher la paix avec le Reich. Dans ce cas, ou aller proclamer l’Appel ?

Mais l’excellente tenue des troupes françaises entre le 5 et le 8 juin 1940 va modifier considérablement la situation. Examinons ce qui s’est passe sur le front et les conséquences de ces journées :

Sud d’Amiens : Deux divisions d’Infanterie détruisent 196 panzers !

Les divisions de Panzer sont à environ 85/90% de leurs effectifs ayant été complétées début juin pour cette deuxième phase de la bataille de France.

L’opération Fall Rot commence dans la nuit du 4 au 5 juin, non pas par une préparation d’artillerie, comme souvent affirme, mais par la Luftwaffe (opération Paula). 500 avions attaquent dès le 3 juin 13 bases de l’Armée de l’Air, 22 centres ferroviaires et 15 usines de la région parisienne. Les avions allemands passent en trois vagues successives. La chasse française abat 26 avions, mais perd 33 appareils dont 16 au sol. Le résultat des bombardements est faible car les points ferroviaires sont gênés 24 heures au maximum, et les usines n’accusent que des dégâts mineurs. C’est le moral des parisiens qui est le plus touché (250 morts).

C’est la 16e Division d’Infanterie Française qui prends de plein fouet l’assaut des 9e et 10e Panzer Divisions. Nous ne détaillerons pas ici les combats, mais cette division qui s’est vue renforcée de quelques canons et qui a respecté la directive Weygand (A savoir adopter une défense en Hérisson) va maintenir le flot allemand, avec l’aide de la 24e DI et du 12e BCC jusqu’au 9 juin, date à laquelle le 14e panzerkorps a perdu 55% de ses chars et 40% de son infanterie. Les deux divisions françaises ont éliminé 196 panzers ! (136 pour la 16e, 60 pour la 24e). Le XIVe Panzerkorps est alors retiré du front par Von Bock, et il est engagé derrière le XVIe Panzerkorps dans le secteur de Péronne.

La 7e Panzer subit de lourdes pertes, des soldats français sont assassinés :

La division de Rommel passe a l’offensive le 5 juin entre Longpré et Hangest, secteur défendu par la 5e DIC. Grâce à deux ponts de chemin de fer non détruits, la Somme est traversée, et c’est un régiment d’artillerie (52e) qui va supporter le choc le premier, éliminant quelques chars en tir tendu. Le 72e d’artillerie de la 3e DLC détruit à lui seul 32 chars avec les 12 canons de 75 qu’il lui reste.

Le 53e RICMS va démontrer une ténacité incroyable et retenir les troupes allemandes jusqu’au 7 juin. Les horreurs de la guerre ne font pas défaut à cette bataille, des prisonniers sont exécutés, on n’oubliera pas les 26 sénégalais exécutés a Airanes et les 86 autres corps trouvés au Saut-du-Loup. On n’oubliera pas non plus la centaine de soldats du 12e RTS enfermés dans une grange et sauvagement assassinés.

La 7e panzer division va même être mise sérieusement en difficultés le 6 juin lorsque le groupement du lieutenant-colonel De Langle de Carry, avec environ 85 blindés, lance une contre attaque. Un seul peloton de 4 Somua S35 détruit à lui seul 15 panzers. Rommel stoppe alors son avance et envoie son artillerie repousser les audacieux Cuirassiers.

Mais bien vite Rommel reprends sa course, délaissant les îlots de résistance français et se trouve à Argueil le 7 juin. L’encerclement du IXe corps Français débute...

Péronne, Une résistance acharnée :

Au premier corps d’armée, les points d’appuis, partiellement investis, tiennent solidement. Une contre attaque de la 1e DCR est organisée le 6 juin, mais celle ci est arrêtée sous les coups de la Luftwaffe. Au 24e corps, le scénario se répète comme ailleurs, les Français s’accrochent au terrain et les Allemands payent un lourd tribu pour chaque kilomètre gagné.

Le 6 juin, l’offensive allemande reprends avec force et s’abat sur la 87e DIA.
Voir http://membres.multimania.fr/dvo/quierzy/87.htm pour des détails sur cette unité

Finalement au 7 juin, l’ordre est donné de reporter la ligne de résistance sur le cours de l’Avre, mais certains éléments ont continué à se défendre avec acharnement n’ayant pas pu être touchés par l’ordre de repli.

Forces Allemandes :

Déploiement de la IV. Armée (Gen von Kluge) :

II. Armeekorps (Gen Karl-Heinrich)
Entre Pont-Remy et Hangest. Le corps dispose de deux têtes de ponts sur la Somme (Saint-Valery et Abeville)
12. Infanterie Division (Oberst Karl Hernekamp)
31. Infanterie Division (Gen Rudolf Kaempfe)
32. Infanterie Division (Gen Franz Böhme)
11. Schützen-Brigade ( ?)
XV. Armeekorps (Hoth) secteur d’Amiens. Une tête de pont à Condé-Follie
5. PzD (Gen Joachim Lemelsen)
7. PzD (Gen Erwin Rommel)
2. ID (mot) (Gen Paul Bader)

XXXVIII. ArmeeKorps (Gen von Manstein)

6. Infanterie-Division (Gen von Biegeleben)
46. Infanterie-Division (Gen Paul von Hase)
27. Infanterie-Division (Gen Friedrich Bergmann)
1. Kavallerie-Division (Gen Kurt Feldt)

Déploiement de la IV. Armee (Gen von Reichenau) :

PanzerGruppe von Kleist
3. Panzer-Division (Gen Stumpff)
4. Panzer-Division (Gen Stever)
9. Panzer-Division (Gen von Hubicki)
10. Panzer-Division (Gen Schaal)

XVI ArmeeKorps (Gen Hoepner)
33. Infanterie-Division (Gen Sintzenich)
4. Infanterie-Division (Gen Hansen)
SS-Verfügungstruppe
SS-Regiment "Adolf Hitler"

XIV ArmeeKorps (Gen von Wietersheim)

9. Infanterie-Division (Gen von Apell)
13. Infanterie-Division (mot) (Gen Otto)
Infanterie-Regiment "Großdeutschland"

Déploiement de la XVIII Armee (Gen von Küchler)

XXVI ArmeeKorps (Gen Wodrig)

45. Infanterie-Division (Gen Materna)
34. Infanterie-Division (Gen Sanne)

X ArmeeKorps (Gen Hansen)

207. Infanterie-Division (Gen von Tiedemann)
227. Infanterie-Division (Gen von Wachter)
526. Infanterie-Division (Gen von Sommerfeld)

dwnvg

Nombre de messages : 20
Age : 72
Situation géo. : Belgique
Date d'inscription : 29/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: du 5 au 8 juin 1940 : un tournant

Message par dwnvg le Mer 8 Aoû - 16:01

SUITE :

Forces Françaises :
Groupe d’Armées n°3 du Général Besson

10e Armée. Altmayer
Positionnée de l’embouchure de la Somme, a Corbie (Est d’Amiens).
Note 1 : Il n’est pas fait mention du Groupement Petiet car au 5 juin, la formation du groupement n’est pas débutée, et ne restera que sur papier.
Note 2 : Manque au GA3 la 6e Armée du général Touchon, positionnée entre l’Oise et Neufchatel sur Aisne, qui est hors contexte de cette étude.

Réserve d’armée :
-40e DI (Gen. Durand)
-5e DLC (Gen. Chanoine)
-2e DCR (Col Perre )
-1e DB Britannique (Gen. Ewans)
-183e RALGP , 431e RP ,435e RP , 436e RP , III/486e RPC , PEB N° 10 , 303/406 RADCA

IX e CA – Ihler . PC a LA CHAPELLE
- 2e DLC (Gen. Berniquet)
- 3e DLC (Gen. Petiet)
- 13e DI (Gen. Beaudouin)
- 31e DI Alpine (Gen. Vauthier)
- 5e DIC (Gen. Sechet ), qui laisse entre le 5 et le 7 juin 80% de son infanterie divisionnaire sur le terrain.
- 51e DI Britannique (Gen. Fortune)
Autres éléments de corps :
2e BM, 312e RAP(75)

X e CA – Gransard – PC a CHAUSSOY
- 16e DI (Gen. Mordant)
- 4e DIC (Gen. de Ruppiere)
- 24e DI (Gen. Voirin)
- Groupement motorisé de Langle (7e Cuirassiers, III/7e RDP, 54e Bie chasseurs de chars)
Autres éléments de corps :
I, III et IV / 183e RA (155L GPF ), 351e RA, Bie DCA 703/409, 306e RA (75 P ), Bie DCA 102/404, 662e BDAC , 665e BDAC , 12e BCC (R35 )

Groupement Audet ou XXVe CA – Audet. PC a NOAILLES
- 85e DIA (Gen. Wemaëre )
- 241e DLI (Gen. Lhéritier )
- 4e DCR (Gen. De Gaulle puis Col Chaudessole au 06/06; PC au Mesnil-Theribus)

7e Armée . Frère
Positionnée de Corbie dans la vallée de l’Oise, incluse.
Reserve d’armée :
-407e RP , 417e RP , 427e RP , 437e RP , 441e RP , 510e GBC , PEB N° 7 ,1019/404e RADCA , 1022/404e RADCA ,157e Bat de Sap Min (jusqu’au 6 juin) ,357e Bat de Sap routiers , Bataillon spécial du 3e RG

Ie CA – Sciard . PC situé a ROLLOT
- 7e DINA (Gen. Barré) PC a Hangest-en-Santerre. rattaché : 2e GRCA
- 19e DI (Gen. Lenclud) 11 Km de Front entre le pont de Saint Christ jusqu'à Foucancourt
- rattachés : 610e BAC Hippomobile (8c 47) , deux groupes du 304e RA(75) , 1 Bie de 25 , 1 Cie de pontonniers .
- 29e DI Alpine (Gen. Gérodias) 15 Km de front entre Canizy et la croupe NO de Briost
- rattachés : 3e Cie/1e BCC du XXIVe CA
- 47e DI (Gen. Mendras)
- 1e DCR (en cours de reconstitution PC a Mery-la-Bataille, Gen. Welvert)
Autres éléments de corps :
608e BAC Hippomobile (47 ) ,177e BG ,II/195e RAL ,XIV/187e RALT ( moins 42e Bie ) , 312e Bn Pontonniers

XXIV e CA – Fougère . PC Situé a GIRAUMONT
- 23e DI (Gen. Jeannel )
- 3e DLI . PC a Crisolles (Gen. Duchemin )
- 11e DI (Gen. Arlabosse )
- 7e DIC (Gen. Noiret )
- 87e DIA (Col Martin )
Autres éléments de corps :
1e BCC (R35),442e Rgt Pionniers, 652e BDAC (47), 656e BDAC (47), 52e BMM,320e RA (75P), I/195e RAL (220 chenillés )

Aviation Alliée sur la Somme :
1 groupe de chasse
4 groupes de reconnaissance
1 groupe de bombardement
3 squadrons britanniques (35 a 40 avions )

Effectifs blindés Français au 4 juin soir
1e DCR 34 B1bis, 66 R35, 24R40 :124 chars
2e DCR 7 B1bis, 22 H39, 30 R40, 42 R35 : 101 chars
4e DCR 8 B1bis, 28 R35, 14 D2, 2 S35, 11 H35, 10 AMD P178 : 73 chars
2e DLC 10 AMR, 15 AMD Panhard/Hotchkiss
3e DLC 20 AMR, 12 AMD Panhard
5e DLC 10 AMR, 15 AMD Panhard/Hotchkiss
1e DB Anglaise : Environ 120 chars légers (Vickers Mk VI , A9 , A13 )
Grpt De Langle : 25 Somua S35 , 58 H39 , 5 Laffly W15TCC
1e BCC 45 R35 (certainement moins)
12e BCC 45 R35
TOTAL : environ 670 chars et blindés légers

Effectifs blindés allemands
3e PzD : environ 300 chars
4e PzD : environ 300 chars
5e PzD : environ 70 Pz III& IV, 220 Pz I&II
7e PzD : 80 Pz 38(t), 20 Pz IV, 100 Pz I & II
9e PzD : environ 200 chars
10e PzD : environ 250 chars
TOTAL : 1540 chars (dont 1/3 de chars moyens)

Le 5 au soir, le général Frère, qui commande l’aile gauche, félicite ses troupes et, désobéissant à Weygand, leur indique les positions de repli ou elles se porteront quand la situation deviendra intenable. Weygand le découvre le 6 a 11 heures du matin et s’insurge auprès des supérieurs de Frère, les généraux Besson et Georges.

Mais une vive polémique s’engage alors et, a 6 heures du soir, Weygand cède et autorise la retraite. Son plan d’armistice est mort et l’Armée Française se battra jusqu’au 25 juin. L’état d’esprit de Weygand lui fera encore commettre des fautes, comme le repli beaucoup trop tard des troupes de la ligne Maginot, mais ce changement brutal sera essentiel pour la continuation de la guerre et celle du gouvernement Churchill.

Car la stabilité du gouvernement de Churchill n’a, grâce à Dunkerque, gagne qu’un sursis et les pacifistes sont toujours a l’oeuvre. Les 5 et 6 juin 1940, c’est le Dunkerque français et Churchill s’en sert, bien sur, pour démontrer encore et encore que l’on peut se battre contre Hitler.

Il faut rappeler que la bonne tenue des Français sur ce front qui nous change de certaines paniques de mai 1940, eut un écho du cote de Roosevelt qui envoie, le 10 juin, ses félicitations a la France, ayant remarque que cette résistance, suivie d’un repli en bon ordre, contraste avec ce qu’il s’est passe avant.

C’est à ce moment que Charles de Gaulle a été persuade que Churchill tiendrait et qu’il prend la décision, si le gouvernement français ne se replie pas sur l’Empire, de franchir son Rubicon, en l’occurrence la Manche dont la largeur sied parfaitement a l’étendue du franchissement en question. Dans ses Mémoires de Guerre, le général date sa décision du 16 juin. Si c’est exact sur le plan calendaire (C’est en effet le 16 qu’il a la preuve que le gouvernement ne se repliera pas sur l’Empire et va demander l’armistice), cela ne l’est pas sur le plan politique.

Il faut reconnaître que ce sursaut français, sur le plan militaire, ne change pas le cours de la guerre. L’inexorable avance de la Wehrmacht continue. Mais en donnant quelques arguments politiques à Churchill pour continuer à combattre les pacifistes britanniques et, ce faisant, a tracer la voie dans laquelle Charles de Gaulle va s’engager, ce sursaut fut essentiel et salvateur.

L’importance de ces dures journées a longtemps été ignorée. La lumière a commence à se faire en 1990, grâce aux travaux de Jean-Louis Cremieux-Brilhac et Pierre Rocolle. Le clou fut finalement enfonce en 2003 par François Delpla qui en fit la synthèse en y rajoutant quelques découvertes faites dans les papiers du Général Doumenc. C’est dans ces papiers que Francois Delpla a trouvé mention de la discussion du 6 juin et de la grosse colère de Besson, cela avait échappé à Rocolle comme à Crémieux-Brilhac.

50 a 60 ans, quel long silence, quelle longue cécité ! Pourquoi donc ? Les principaux responsables en furent Churchill et de Gaulle.

Sir Winston Churchill, en créant la légende d’un peuple britannique uni, volontaire et serre derrière lui des les premiers jours, cache ses difficultés, évacue les risques que les pacifistes anglais ont fait peser sur son gouvernement.

Charles de Gaulle cherche également a masquer ses hésitations, ses inquiétudes avant sa prise de décision. Il masquera également les grandes difficultés qu’il eut à s’imposer à Londres, tant auprès du gouvernement de Sa Majesté qu’auprès des Français de Londres qui, Jean Monnet en tête, cherchaient à saper la création de l’entité « France Libre »

Ces «retouches » étaient tout à fait justifiées dans l’immédiat après-guerre, il s’agissait de se remettre au travail et d’unifier des peuples déchirés par la guerre.

Il n’est point irrespectueux de révéler cela aujourd’hui, bien au contraire. Montrer que les deux hommes, clé de voûte essentielle dans le combat contre Hitler et, a ce titre, sauveteurs de leur patrie respective, ont eu beaucoup plus de mal a le faire que communément reconnus ne fait que donner plus de brillant a leurs sagas.

Les soldats qui se sont battus durant ces journées décisives ont été souvent décriés, voire traînés dans la boue. Il est bon de rappeler, de temps a autres, que, non, l’Armée Française de 1940 n’a pas fuit d’un bout a l’autre de la bataille, que ses combats ont été utiles et qu’il était possible de s’opposer à Hitler. Ils n’en savaient rien, ces braves, et n’avaient pas la moindre idée de l’importance de leurs combats. D’où l’intérêt, aussi, de le préciser 66 ans après.

Sources :
· Grandes Unités Françaises, Historiques Succincts, Vol I&II, SHAT
· Hors série Militaria n°31 « De la Somme a la Seine », Y.Buffetaut
· Hors série Militaria n°21 « La bataille d’Abbeville », Y.Buffetaut
· Hors série Militaria n°34 « Paris Ville Ouverte », Y.Buffetaut
· L’arme blindée Française, G. Saint-Martin
· Order of Battle / French Army 1939-40, Volumes I a IV, Lee Sharp, L'offensive terrestre allemande commence à l'aube.
· Comme des Lions, Dominique Lormier
· François Delpla, «La face cachée de 1940 » ou il s’appuie sur des travaux des historiens Cremieux-Brilhac et Rocolle.
· François Delpla «Les papiers secrets du Général Doumenc », Orban, 1992 (Epuise)
· « Soixante jours qui ébranlèrent l’occident», Jacques Benoist-Méchin (Dont le plan en illustration

Amitiés légio More Majorum
Daniel

dwnvg

Nombre de messages : 20
Age : 72
Situation géo. : Belgique
Date d'inscription : 29/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe 5 et 8 juin

Message par Tobrouk le Mer 8 Aoû - 17:04

Merci Daniel pour ce récits fort bien tourné et bien doumenté!

Ce qui rejoint mon post sur Pétain, la France n'était pas moins armée et nombreuse, ni moins combative!

Tous repose sur l'incapacité des chefs

amitiés

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: du 5 au 8 juin 1940 : un tournant

Message par capablanca le Jeu 9 Aoû - 11:55

"Paul Reynaud lui a bien demande d’aménager un «Réduit National » en Bretagne, mais Weygand ne fera pas grand chose dans ce sens et Reynaud ne le rappellera pas a l’ordre. Pendant ce temps, rien n’est fait en France pour préparer la défense de l’Empire, c’est en fait le contraire qui se produit, on vide l’Afrique au profit de la métropole jusqu’au 11 juin."

Il n’est pas facile de dégarnir la ligne principale de défense de la métropole pour organiser un réduit breton qui n’aurait pas tenu une semaine. Pour ce qui est de renforcer les défenses de l’empire c’est la même chose, comment expliquer au français que l’armée pare ce cacher dans les colonies sans les défendre ?

_________________
QUI OSE GAGNE !
avatar
capablanca
Admin
Admin

Nombre de messages : 532
Age : 38
Date d'inscription : 28/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Weygand

Message par Tobrouk le Jeu 9 Aoû - 18:05

Cruel dilemme en effet!
Sois défendre le sol national coute que coute avec toutes les forces dont on dispose, soit on se retranche sur les positions de l'Empire en abandonnant la métropole à son sort.

C'est ce que voulaient certains, continuer le combat dans nos "dominions".

Le réduit Breton était un leure vite abandonné, même de Gaulle n'y croyait pas.

On va chercher pour sauver la patrie, un vieux général de l'autre guerr avec des principes révolus, sauf le hérisson.

Amitié

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 67
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: du 5 au 8 juin 1940 : un tournant

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum