Le Surcouf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Europe Le Surcouf

Message par mikedonovan le Mar 15 Mai - 18:46

le "croiseur sous-marin" français Surcouf



Parmis de nombreux projets de croiseur sous-marin seul le Surcouf connait le service opérationnel...

à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par ROCO le Mar 15 Mai - 21:23

La mise au point de ce sous marins fut difficile il n’y eu qu’un exemplaire il possédait 2 canons de 203 mm, un hydravion dans un hangar étanche situé à l’arrière du kiosque ,un canot de 5m de long et un compartiment pouvant recevoir 40 personnes.


Il fut éperonné et coulé accidentellement la nuit du 18 au 19 février 1942 par un cargo américain : l’U S Thomson Lykes en mer des caraïbes il y eu 126 victimes.Un monument en leur honneur se trouve sur la jetée de Cherbourg

Inauguré en 1951 par le Général de Gaulle, le monument aux morts situé au bout de la petite jetée a été érigé à la mémoire des 130 marins morts lors du naufrage du sous-marin le "Surcouf".

ROCO
Admin
Admin

Nombre de messages : 1304
Age : 77
Situation géo. : Loire(42)
Loisirs : chasse ,peche,sport ,télé,voyage,lecture
Date d'inscription : 02/06/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par dynamo le Mer 16 Mai - 0:47

Bonjour,

Je me demande quel était le cahier des charges, le programme, et l'utilité opérationnelle de cette baleine ...
Un caprice ?
Une réalisation de prestige ?
Le premier élèment d'une famille d'armes mûrement réfléchie ?
Un spécialiste naval peut nous éclairer ?
Merci

dynamo

Nombre de messages : 87
Situation géo. : sur la plage abandonnée
Date d'inscription : 30/07/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Mar 22 Mai - 19:31

Issu d'un programme datant de 1926 et repectant le traité de Washington, trois batiments de ce type sont prévus pour équiper notre marine. Il est bon de savoir que la France voulait disposer de ce genre d'unités pour "contrer" la suprématie navale britannique.
Ces sous-marins devaient être capable de conduire des opérations sur de longue distance afin de menacer au maximum les voies maritimes d'un éventuel adversaire et être aussi capable de bombarder des ports ou rades, d'assurer des actions avec notre flotte de surface.

à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Lun 28 Mai - 13:44

Mis en chantier à Cherbourg en juillet 1927, le Surcouf est lancé en novembre 1929. La Marine Nationale reçoit le sous-marin en août 1930 et une campagne d'essai est aussitôt entreprise. Malgré des difficultés de mises au points et des problèmes en tous genres le Surcouf entre en service en mai 1934.

à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Dim 3 Juin - 10:33

Le Surcouf en mer



à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Mer 6 Juin - 19:08

Reconnu comme étant l’un des plus grand submersible de son époque.
Conçu de façon à pouvoir embarquer un hydravion de reconnaissance, armé de deux canons de 203 mm et doté d’une grande autonomie.
Le Surcouf reste le seul bâtiment de la 2° guerre mondiale ayant les caractéristique de "croiseur sous-marin".

à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Sam 9 Juin - 10:51

Besson MB-411

A partir d’un MB.35, Marcel Besson conçu le MB-410.01 qui fût détruit dans un accident, néanmoins ce modèle attire l’attention des responsables officiels afin d’équiper le sous-marin Surcouf.
Le projet du MB-410 est repris et donne naissance au MB-411 (2 exemplaires construit), le premier MB-411 embarque sur le Surcouf en septembre 1935.




Caractéristiques:

Type: hydravion biplace de reconnaissance
Moteurs: 1 Salmson 9Nd de 175 ch
Vitesse maximale: 190 km/h
Plafond pratique: 5000 m
Distance franchissable: 200 km
Envergure: 12,00 m
Longueur: 8,25 m
Hauteur: 2,85 m
Poids à vide: 760 kg
Poids en charge: 1140 kg
Armement: aucun

à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par kalimèra le Dim 10 Juin - 23:33

http://perso.orange.fr/bertrand.daubigny/SSSurcouf.htm

kalimèra
modérateur
modérateur

Nombre de messages : 63
Age : 63
Situation géo. : France
Loisirs : forum légion , tir
Date d'inscription : 12/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://grenade.belgicasud.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Lun 11 Juin - 18:34

Merci Kalimèra pour le lien.


Embarquement de l'hydravion Besson MB-411 sur le Surcouf


à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Lun 25 Juin - 18:50

L'armement principal du Surcouf

Deux canons de 203 mm M1924.


sur la photo on peut apercevoir le dispositif de fermeture des tubes pour la plongée.

Les canons montés sur le Surcouf sont identiques à ceux installés sur les croiseurs Colbert, Dusquesne, Dupleix, Foch et Tourville.
Le canon de 203 mm peut tirer des projectiles perforants (poids 134 kg) ou explosifs (120 kg environ).
300 obus sont embarqués dans le sous-marin, la cadence de tir maximal pour un tube est de 5 coups/minutes, mais la cadence pratique est de 2 à 3 Cps/mn, sa portée maximal est de 27 000 m.

ci-dessous un lien intéressant ou un passionné construit une réplique du Surcouf
http://duk.free.fr/m20.html

à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par Mister ROUV le Lun 10 Sep - 0:55

Le Surcouf n'est pas un sous-marin mais un submersible!

Mister ROUV

Nombre de messages : 1
Age : 39
Situation géo. : Orbs patria nostra
Date d'inscription : 10/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://nicoladventure.spaces.live.com/

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par kalimèra le Lun 10 Sep - 7:53

http://fr.wikipedia.org/wiki/Surcouf_(sous-marin)

En fin depage , on y parle du croiseur sous-marin Surcouf : http://zone.sousmarins.free.fr/galeriephoto.htm
http://zone.sousmarins.free.fr/
www.mairie-tourlaville.fr/fr/tourisme/tourisme_et_patrimoine/dossiers_en_consultation/fichiers/surcourf.pdf
Sous-marin de grande croisiére.
Construit à Cherbourg
lancé en 1929. longeur 110 métres.
90 Jours d'autonomie
profondeur maximum 80 métres
Il avait à son bord un hydravion de reconnaissance à ailes repliables logé
en caisson étanche à l'arriére du kiosque,mise à l'eau par grue
pivotante. 140 hommes à bord.
Ce sous-marin a été coulé par
abordage avec un cargo
américain le 18 février 1942
Aucun survivant.

kalimèra
modérateur
modérateur

Nombre de messages : 63
Age : 63
Situation géo. : France
Loisirs : forum légion , tir
Date d'inscription : 12/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://grenade.belgicasud.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par kalimèra le Lun 10 Sep - 8:01

Le monument aux morts Surcouf

Inauguré en 1951 par le Général de Gaulle, le monument aux morts situé au bout de la petite jetée a été érigé à la mémoire des 130 marins morts lors du naufrage du sous-marin le "Surcouf".

Coulé en février 1942 dans l'Océan Pacifique, ce sous-marin fut construit à Cherbourg. Il est mis en service en mai 1934.



Bâtiment puissamment armé, il est équipé d'un hydravion bi-places de reconnaissance logé dans un cylindre étanche disposé sur la coque, à l'arrière du kiosque, mise à l'eau par une grue pivotante.



Long de 110 mètres, il embarque 140 hommes et dispose de 90 jours d'autonomie.



Après la défaite de 1940, il est réquisitionné alors qu'il se trouve à Plymouth par les Forces Navales Françaises Libres.



En route vers Tahiti qu'il doit défendre face aux Japonais, le "Surcouf" est abordé par un cargo américain dans la nuit du 18 février 1942.



Le sous-marin coule. Il n'y aura aucun survivant.



L'ancien hôpital des Armées de Cherbourg-Octeville a porté le nom du médecin de bord du "Surcouf", René Le bas.

kalimèra
modérateur
modérateur

Nombre de messages : 63
Age : 63
Situation géo. : France
Loisirs : forum légion , tir
Date d'inscription : 12/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://grenade.belgicasud.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par mikedonovan le Lun 10 Sep - 19:04

bonjour Mister ROUV et bienvenu sur le forum.

Mister ROUV a écrit:Le Surcouf n'est pas un sous-marin mais un submersible!

j'ai pris sur le dico:

sous-marin: navire capable de naviguer en plongée
submersible: qui peut-être submergé

donc je pense que le terme le plus approprié est sous-marin, car le Surcouf rentre dans la catégorie des "croiseur sous-marin".

à plus mike Smile

mikedonovan
Admin
Admin

Nombre de messages : 975
Age : 45
Situation géo. : var
Loisirs : passionné d'histoire
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.orange.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Le surcouf

Message par Tobrouk le Lun 10 Sep - 19:52

Avant que Mister Rouv n'émette des opinions qui ressemblent à une mise au point, il serait bien de passer d'abord par la case "présentation".

_________________
La vie est un long fleuve tranquille
.

Tobrouk
Admin
Admin

Nombre de messages : 2753
Age : 66
Situation géo. : Evreux
Loisirs : Math, histoire militaire, science, astronomie et météo!
Date d'inscription : 10/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par kalimèra le Lun 10 Sep - 22:02

Merci Tobrouck , la case départ est la meilleure .

Tu nous a manqué samedi .

kalimèra
modérateur
modérateur

Nombre de messages : 63
Age : 63
Situation géo. : France
Loisirs : forum légion , tir
Date d'inscription : 12/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://grenade.belgicasud.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par avz94 le Lun 15 Oct - 0:38

BESSON MB.411

A l'instar du MB.35 et du MB.410, le Marcel Besson MB.411 fut conçu par le département hydravion des usines ANF les Mureaux en vue d'être embarqué à bord du sous-marin "SURCOUF" de 4 350 t. Cet appareil, d'une grande simplicité et d'une rusticité remarquable, avait été adapté aux dimensions du hangar de ce submersible, dont la longueur atteignait 7 m et le diamètre de 2 m.

L'hydravion était sorti de son hangar au moyen d'une grue qui le déposait ensuite sur l'eau. Il se caractérisait par un flotteur central de fuselage, des flotteurs de stabilisation sous voilure et des empennages repliables. Le MB.411 effectua son vol initial à partir de la Seine, en juin 1935, puis il fut embarqué sur le "SURCOUF" deux mois plus tard. Revenu en usine au début de 1936, il y fut modifié en recevant un capot moteur NACA et des empennages de plus grandes dimensions.

Un second exemplaire du MB.411, commandé par la marine française en février 1937, vola pour la première fois six mois plus tard, puis fut stocké à l'entrepôt marine des Mureaux en attendant un embarquement sur le "SURCOUF". Le 18 juin 1940, ce dernier quitta Brest pour ne pas tomber aux mains des Allemands et rallia la Grande-Bretagne avec le MB.411 à son bord. Basé à Devonport, l'hydravion effectua quelques missions de reconnaissance, avant d'être détruit au mouillage dans le port de Plymouth, lors d'un raid de la Luftwaffe, en avril 1941.

Type : Hydravion à flotteurs de reconnaissance
Moteur : 1 Salmson 9 Nd en étoile de 175 ch
Performances : vitesse maximale à 1 000 m : 185 km/h;
Distance franchissable : 650 km
Autonomie : 2 h 40 mn
Masse à vide : 690 kg
Masse maximale au déjaugeage : 1 140 kg
Dimensions : longueur 8,25 m; hauteur 2,85 m;
Armement : sans

Image hébergée par servimg.com

avz94
Admin
Admin

Nombre de messages : 529
Age : 55
Situation géo. : PARIS
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par capablanca le Lun 15 Oct - 12:40

Je trouve que le surcouf est bassé sur une bonne idée. Une artillerie puissante, un avion pour indiquer les positions des autres navires et une capacité à surgire n'importe ou est de surprendre l'ennemie. Le problème c'est qu'une fois l'effet de surprise passé, il doit être vulnérable. Il n'avait pas de torpilles ? quelles sont les problèmes technique qui ont découragé la mise en service d'un autre croiseur sous-marin ?

_________________
QUI OSE GAGNE !

capablanca
Admin
Admin

Nombre de messages : 532
Age : 38
Date d'inscription : 28/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par avz94 le Mar 16 Oct - 22:13

Au cours de la première guerre mondiale, les Allemands avaient développé le projet d'un croiseur sous-marin. Il s'agissait d'un gros submersible à grand rayon d'action, armé de pièces de fort calibre destinées à lui permettre d'envoyer par le fond les navires de commerce voyageant sans escorte.
Au lendemain de la guerre, les Américains et les Japonais construisirent plusieurs bâtiments de ce type. Les deux plus grosses unités de ce genre furent toute fois le X-1 britannique (un navire expérimental qui fut envoyé à la ferraille avant le début de la seconde guerre mondiale) et le SURCOUF français. Ce dernier portait les canons les plus gros jamais emportés par un sous-marin (203 mm, le même calibre que les pièces principales des croiseurs français), un hydravion Besson, ainsi qu'un bateau à moteur permettant d'envoyer un équipage de prise. Ce bateau sera ultérieurement supprimé.
Le SURCOUF était également armé de petites torpilles à court rayon d'action, destinées à être utilisées contre les navires marchands. Il semble que ces torpilles n'aient pas été tout à fait au point. Les canons disposaient d'une direction de tir complète et auraient dû permettre au SURCOUF de détruire, sans coup féris, les navires d'escorte d'un convoi, tout en demeurant soigneusement hors de portée de leurs pièces plus légères. Son prix de revient élevé, l'importance de l'équipage que sa manoeuvre réclamait, ses trop grandes dimensions, en faisaient cependant un investissement douteux.
Il est admis que sa construction avait été décidée au cours d'une période de tension avec la Grande-Bretagne : c'était l'arme idéale pour menacer les routes commerciales britanniques. Dans l'intention d'utiliser au mieux ses capacités, on décida de l'envoyer dans le Pacifique, afin d'y décimer la flotte marchande japonaise. Malheureusement, le SURCOUF fut accidentellement éperonné et coulé par un navire marchant, avant même d'être arrivé à pied d'oeuvre.
On avait déjà pu, précédemment, constater que la malchance s'acharnait sur lui. Il avait en effet été surpris par l'arrivée des forces allemandes à Brest alors qu'il s'y trouvait, moteurs démontés. Il avait pu s'échapper de justesse pour se voir brutalement arraisonné par les britanniques, dès son arrivée à Portsmouth. Il avait été ensuite remis aux Forces Françaises Libres. C'est également sous pavillon français qu'il avait été atteint par l'une des premières roquettes anti-sous-marins jamais tirée, qui provenait malencontreusement d'un avion allié.
Le SURCOUF fut le dernier bâtiment de cette catégorie hybride.

Chantier : Cherbourg
Budget : 1926
Sur cale : décembre 1927
Lancement : 18 octobre 1929
Mise en service : mai 1934
Déplacement : standard : 2 880 t; en surface : 3 304; pleine charge en plongée : 4 373
Dimensions : longueur hors tout : 110 m; largeur : 9 m; tirant d'eau : 7,3 m
Armement : 2 canons de 203 mm; 2 canons de 37 mm; 4 canons de 13,2 mm; 8 tubes lance torpilles de 550 mm; 4 tubes de 400 mm; un hydravion.
Propulsion : 2 Sulzer diesel à 2 lignes d'arbre
Puissance : 3 400 à 7 600 ch
Performances : vitesse en surface : 18,5 noeuds; vitesse en plongée : 10 noeuds
Rayon d'action en plongée : 70 nautiques à 4,5 noeuds
Equipage : 118 hommes

Image hébergée par servimg.com


Dernière édition par le Lun 4 Fév - 0:58, édité 1 fois

avz94
Admin
Admin

Nombre de messages : 529
Age : 55
Situation géo. : PARIS
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par capablanca le Mar 16 Oct - 23:46

avz94 a écrit:Au cours de la première guerre mondiale, les Allemands avaient développé le projet d'un croiseur sous-marin. Il s'agissait d'un gros submersible à grand rayon d'action, armé de pièces de fort calibre destinées à lui permettre d'envoyer par le fond les navires de commerce voyageant sans escorte.
Au lendemain de la guerre, les Américains et les Japonais construisirent plusieurs bâtiments de ce type. Les deux plus grosses unités de ce genre furent toute fois le X-1 britannique (un navire expérimental qui fut envoyé à la ferraille avant le début de la seconde guerre mondiale) et le SURCOUF français. Ce dernier portait les canons les plus gros jamais emportés par un sous-marin (203 mm, le même calibre que les pièces principales des croiseurs français), un hydravion Besson, ainsi qu'un bateau à moteur permettant d'envoyer un équipage de prise. Ce bateau sera ultérieurement supprimé.
Le SURCOUF était également armé de petites torpilles à court rayon d'action, destinées à être utilisées contre les navires marchands. Il semble que ces torpilles n'aient pas été tout à fait au point. Les canons disposaient d'une direction de tir complète et auraient dû permettre au SURCOUF de détruire, sans coup féris, les navires d'escorte d'un convoi, tout en demeurant soigneusement hors de portée de leurs pièces plus légères. Son prix de revient élevé, l'importance de l'équipage que sa manoeuvre réclamait, ses trop grandes dimensions, en faisaient cependant un investissement douteux.
Il est admis que sa construction avait été décidée au cours d'une période de tension avec la Grande-Bretagne : c'était l'arme idéale pour menacer les routes commerciales britanniques. Dans l'intention d'utiliser au mieux ses capacités, on décida de l'envoyer dans le Pacifique, afin d'y décimer la flotte marchande japonaise. Malheureusement, le SURCOUF fut accidentellement éperonné et coulé par un navire marchant, avant même d'être arrivé à pied d'oeuvre.
On avait déjà pu, précédemment, constater que la malchance s'acharnait sur lui. Il avait en effet été surpris par l'arrivée des forces allemandes à Brest alors qu'il s'y trouvait, moteurs démontés. Il avait pu s'échapper de justesse pour se voir brutalement arraisonné par les britanniques, dès son arrivée à Portsmouth. Il avait été ensuite remis aux Forces Françaises Libres. C'est également sous pavillon français qu'il avait été atteint par l'une des premières roquettes anti-sous-marins jamais tirée, qui provenait malencontreusement d'un avion allié.
Le SURCOUF fut le dernier bâtiment de cette catégorie hybride.

Chantier : Cherbourg
Budget : 1926
Sur cale : décembre 1927
Lancement : 18 octobre 1929
Mise en service : mai 1934
Déplacement : standard : 2 880 t; en surface : 3 304; pleine charge en plongée : 4 373
Dimensions : longueur hors tout : 110 m; largeur : 9 m; tirant d'eau : 7,3 m
Armement : 2 canons de 203 mm; 2 canons de 37 mm; 4 canons de 13,2 mm; 8 tubes lance torpilles de 550 mm; 4 tubes de 400 mm; un hydravion.
Propulsion : 2 Sulzer diesel à 2 lignes d'arbre
Puissance : 3 400 à 7 600 ch
Performances : vitesse en surface : 18,5 noeuds; vitesse en plongée : 10 noeuds
Rayon d'action en plongée : 70 nautiques à 4,5 noeuds
Equipage : 118 hommes

Merci pour touts ces infos Smile

capablanca
Admin
Admin

Nombre de messages : 532
Age : 38
Date d'inscription : 28/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par Eric le Sam 24 Mai - 0:06

Ce navire est un symbole de l'ingéniosité et de la créativité des concepteurs francais durant l'entre deux guerre.
Cependant il fut un fiasco total, un ratage complet.

3 navires furent prévus au départ, mais le Surcouf englouti leur budgets des deux autres en matière de mises au point. Il resta un prototype.

Son moteur électrique principal tout le temps en panne (il provoquera de belles crises chez le chef du chantier US qui le réparera), lent en plongée, mauvais plongeur, coque rivetée, il semble aujourd'hui que ce navire est arrivé trop tôt ou trop tard...

Sa fin ne fut pas par éperonnage. Il fut en réalité coulé par erreur par l'aviation US.

Eric

Nombre de messages : 9
Age : 32
Situation géo. : NIMES
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par avz94 le Sam 24 Mai - 16:58

Eric a écrit:Ce navire est un symbole de l'ingéniosité et de la créativité des concepteurs francais durant l'entre deux guerre.
Cependant il fut un fiasco total, un ratage complet.

3 navires furent prévus au départ, mais le Surcouf englouti leur budgets des deux autres en matière de mises au point. Il resta un prototype.

Son moteur électrique principal tout le temps en panne (il provoquera de belles crises chez le chef du chantier US qui le réparera), lent en plongée, mauvais plongeur, coque rivetée, il semble aujourd'hui que ce navire est arrivé trop tôt ou trop tard...

Sa fin ne fut pas par éperonnage. Il fut en réalité coulé par erreur par l'aviation US.


Opérant depuis la Martinique après la signature de l'Armistice, il entra en collison avec le cargo Américain USS Thomson Lykes et sombra dans le golfe du mexique le 18 février 1942 avec tout son équipage (105 marins).

D'ailleurs voici ce que l'on peut lire sur le site NETMARINE :

Lancé en 1929, le troisième a porter le nom de Surcouf était, à l'époque, le plus grand sous-marin du monde (3300 tonnes). Son équipage était composé de 103 hommes et son armement comprenait 2 canons de 203mm, 10 tubes lance-torpilles et un hydravion. En 1940, il rallie l'Angleterre et fut intégré aux Forces Navales de la France libre le 27 juillet 1940. Le sous-marin a été abordé puis coulé, alors qu'il naviguait en surface, tous feux éteints, par le cargo US Thomson Lykes au nord Est de Colon en mer des Caraïbes dans la nuit du 18 au 19 février 1942. Il était alors commandé par le capitaine de frégate Blaison. Cet accident a fait 105 victimes.

Cordialement

avz94
Admin
Admin

Nombre de messages : 529
Age : 55
Situation géo. : PARIS
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par Eric le Sam 24 Mai - 19:41

La thèse de l'éperonnage est la version officielle, rapidement mise en doute.

La source TTY 683 a été exploitée en 1996 par le Capitaine de Vaisseau Claude Huan dans son excellente monographie sur le Surcouf (Editions Marines). Tout est parfaitement connu.
Pour résumer les conclusions de Cl Huan :
- La collision avec le Thomson Lykes semble peu plausible : les deux navires avançaient selon deux routes parallèles mais en sens inverse alors que les témoins (du cargo) de la collision indiquèrent que l'autre navire allait de babord à tribord.
- La description de la silhouette de l'autre navire faite par ces mêmes témoins indique un bâtiment bien plus bas sur l'eau et beaucoup plus court que le Surcouf alors que le massif de celui-ci, avec 10,50m hors d'eau en surface est plus haut que l'étrave du cargo.
- Le premier rapport d'incident indiquait la probabilité d'une collision avec un bateau de la taille d'une vedette. Les dégâts sur l'étrave du cargo sont trop légers pour être cohérents avec la collision avec un sous-marin de la taille et du blindage du Surcouf (3300t et 110m contre 4500t et 125m pour le Thomson Lykes). Ce rapport n'a pas été maintenu par la suite.
- Le 17 février deux A-17 et un B-18 de l'USAAF attaquaient à la bombe dans ce secteur "un très grand sous-marin". Ce jour-là, les américains revendiquèrent 3 U-Boote coulés, ce que ne confirment pas les archives allemandes. Le commandement du secteur de Trinidad n'avait apparemment pas transmis aux patrouilles de surveillance la présence du Surcouf ET les allemands venaient (le 16) de lancer une offensive de U-Boote pour barrer l'accès au canal de Panama. Aucune enquête n'est venu préciser qui était au courant de quoi.

L'année suivante le sous-marin USS Dorado (SS-248) était coulé au même endroit par des grenades lancées d'avions US. Cette fois la commission d'enquète admis que l'aviation US était en cause.

Eric

Nombre de messages : 9
Age : 32
Situation géo. : NIMES
Date d'inscription : 23/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr

Revenir en haut Aller en bas

Europe Re: Le Surcouf

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum